/finance
Navigation

La taxe de luxe de Trudeau fera bondir le prix des voitures

Des concessionnaires automobiles craignent que la surchauffe des prix s’accélère

Michel Larin,
Photo Francis Halin Le directeur général et actionnaire de Porsche Rive-Sud, Michel Larin, pose devant un modèle de collection de 2,5 millions de dollars. En plein virage électrique, la Taycan 100 % électrique de 250 000 dollars est aussi populaire, souligne-t-il.

Coup d'oeil sur cet article

La taxe de luxe du gouvernement Trudeau qui permettra d’aller chercher 163 millions de dollars dans les poches des plus riches l’an prochain risque de faire exploser encore plus le prix des voitures.

• À lire aussi: Votre bazou vaut de l'or !

• À lire aussi: Voici pourquoi votre auto pourrait valoir 25 % de plus depuis un an

• À lire aussi: Voici pourquoi il est essentiel de faire l’entretien de son véhicule après l’hiver

« Il y aura un effet négatif pour le consommateur. On va voir un accroissement du prix des véhicules d’occasion, qui est basé sur celui des véhicules neufs », prévient Michel Larin, directeur général de Porsche Rive-Sud.

« C’est une mesure populiste. Qui va se plaindre que les riches sont plus taxés ? » se demande-t-il à voix haute, en ajoutant que les prix des véhicules usagés atteignent déjà des sommets sur le marché.

« Ça ne va pas nous aider à vendre plus de voitures. Personne n’a 30 000 $ de plus à dépenser en taxes sur un véhicule de 300 000 $ », déplore à son tour Bernard Durand, représentant senior de Lamborghini Montréal.

Le 1er septembre prochain, une taxe de 10 % à 20 % sur les automobiles et aéronefs de plus de 100 000 dollars et sur les navires de 250 000 dollars et plus entrera en vigueur à la grandeur du pays.

D’après une note du Directeur parlementaire du budget (DPB) de jeudi dernier, celle-ci produira des revenus de 163 millions de dollars en 2023-2024. 

« On s’attend à un changement de comportement. L’ampleur réelle de ce changement est incertaine et dépend de la sensibilité des consommateurs au prix », écrit le DPB dans sa note.

Michel Larin,
Photo Francis Halin

« Dépêchez-vous »

Or, à quelques mois de son entrée en vigueur, certains tiennent à prévenir les acheteurs de cette nouvelle mesure, qui deviendra bientôt réalité.

C’est le cas du fiscaliste de PwC Canada, Jean-François Thuot, qui a publié récemment un message sur LinkedIn pour prévenir les clients fortunés.

« Pour ceux qui envisagent d’acquérir un bien visé par cette nouvelle taxe, dépêchez-vous, car le 1er septembre arrive vite », a-t-il écrit.

À la Corporation des concessionnaires automobiles du Québec (CCAQ), son PDG, Robert Poëti, ne mâche pas ses mots à l’endroit de la mesure fiscale.

« Le Québec et la Colombie-Britannique payent déjà une taxe de luxe, alors nous on est pénalisés deux fois », dénonce le grand patron de la CCAQ.

Seuil de 100 000 $

Pour renverser la vapeur, Robert Poëti dit qu’il tente de convaincre le gouvernement Trudeau de faire marche arrière au plus vite.

« Ce n’est pas parce que les gens ont des sous qu’ils doivent payer deux fois au lieu d’une fois », soupire-t-il.

Pour Germain Goyer, producteur de contenu automobile pour le Guide de l’auto, le 100 000 dollars d’Ottawa marque l’imaginaire. « Le prix moyen des véhicules neufs vient de franchir la barre des 40 000 $. Le seuil du 100 000 $ est psychologique », analyse-t-il.

Par exemple, un Ford F-150, qui est le véhicule le plus vendu au pays, peut facilement dépasser les 100 000 dollars avec les options, rappelle-t-il.

« Pourquoi on ne taxe pas le quatrième ou cinquième véhicule d’un ménage, à la place ? » conclut-il.


La semaine dernière, Le Journal soulignait que le prix des voitures usagées a bondi de près de 25 % en l’espace d’un an, selon Statistique Canada.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.