/misc
Navigation

Les batailles régionales du Québec

Coup d'oeil sur cet article

Les vraies histoires de la prochaine élection se dérouleront dans les régions du Québec.

Pour avoir un portrait plus juste des batailles régionales, j’ai compilé les cinq sondages de Léger publiés en 2022 dans Le Journal.

On y voit les mouvements politiques en germe.

Le consensus québécois

Commençons par l’évidence. La domination de la CAQ est vertigineuse.

Autant nationalement que régionalement, les Québécois sont profondément satisfaits du gouvernement Legault. 

Il règne au Québec un large consensus.

Un consensus derrière la personnalité de François Legault, apprécié même à l’extérieur des frontières de la CAQ, et ensuite sur les positions nationalistes de son gouvernement. 

C’est assez phénoménal : dans Lanaudière, la CAQ réunit 57 % des électeurs. Dans les Laurentides, on est à 52 %. En Montérégie, à 48 %.

Dans toutes les régions, la CAQ dépasse les 40 %, et ce même si cinq partis se divisent le vote.

Montréal

Une exception : Montréal.

Dans les dernières semaines, le PLQ de Dominique Anglade est revenu à ses terres premières, en faisant sienne la contestation de la loi 96.

Le PLQ sauve ces derniers meubles d’une maison que les Québécois ont largement quittée. 

Stratégie rentable : le PLQ est en avance à Montréal avec 36 % des voix, devant la CAQ à 27 % et QS à 15 %.

Montréal se divise aujourd’hui en trois blocs.

L’Est de Montréal, de Pointe-aux-Trembles jusqu’à Anjou, est le premier. Ces Montréalais ont de plus en plus un profil de banlieusards et risquent de se tourner vers la CAQ en octobre prochain.

La ligne orange du métro constitue le deuxième bloc. Ces électeurs sont francophones, progressistes et très sensibles à la question écologique.

Ce sont des anciens péquistes, maintenant solidaires, et des jeunes électeurs également portés vers QS.

Il reste l’Ouest de Montréal, libéral depuis toujours. Et qui le restera. Le danger pour le PLQ n’est pas la concurrence, mais l’abstention de ses électeurs.

PCQ

Éric Duhaime constitue la variable imprévisible en politique québécoise. 

Le PCQ serait un épiphénomène régional, dit-on souvent, présent là où Radio X sévissait. 

C’est incomplet.

Là où le PCQ d’Éric Duhaime récolte le plus d’appuis, c’est en Chaudière-Appalaches, où il réunit 27 % des électeurs. Comme une tache d’huile qui s’étend, son vote se dirige tranquillement vers le Centre-du-Québec, où il fait maintenant 18 %.

Deux phénomènes sont à l’œuvre, ici.

Duhaime reconstruit les bastions adéquistes d’autrefois. 

Il occupe le vide politique à droite, en attirant vers lui des électeurs antisystèmes et anti-État.

On pourrait également calquer les appuis des conservateurs fédéraux à Duhaime. 

Si Pierre Poilievre devait être élu chef du Parti conservateur, on officialiserait la filiation entre les deux.

Il parlerait aux mêmes électeurs, aux mêmes endroits et surtout de la même façon.

PQ, QS

Terminons sur QS et le PQ. 

Le PQ se marginalise, sauf au Bas-Saint-Laurent, où il pourra sauver son honneur.

QS est cantonné à certains quartiers précis, où se trouvent bien souvent des universités.

À Montréal, il ne fait que 15 %. À Québec, il fait 13 %. Le parti n’est ni en croissance ni en descente. Il semble simplement avoir atteint un plafond. 

Aujourd’hui, moins d’un Québécois sur quatre voterait pour une formation progressiste. 

Tôt ou tard, les électeurs péquistes et solidaires, qui ont appris à se détester, devront à nouveau se parler. 

C’est inévitable et mathématique, s’ils espèrent un jour sortir de leur marginalité respective. 

Régions où les intentions de vote du PCQ sont significativement plus élevés     

  • Chaudière-Appalaches : 27 %  
  • Centre-du-Québec : 18 %   
  • Capitale-Nationale : 22 %    

Source : compilation des sondages Léger publiés dans Le Journal de Montréal depuis le début de l’année.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.