/opinion/columnists
Navigation

Te souviens-tu?

Beaudry

Coup d'oeil sur cet article

Mardi dernier, j’étais assis au pied de son lit et même s’il ne pesait plus 100 livres aux soins palliatifs, Bijou était encore grincheux. Pierre Rinfret était résigné, il savait qu’il était rendu à la mort. Il avait toute sa tête et il était choqué de ne plus pouvoir vivre, de ne plus s’amuser avec Camille, sa fille, l’amour de sa vie. 

Il était frustré de ne plus être au micro de la radio de 91,9. Il avait l’impression d’avoir été trompé par un cancer du poumon alors qu’il n’avait pas touché à une cigarette depuis plus de 15 ans.

Des défauts énormes, des qualités encore plus grosses, Pierre Rinfret était tout un numéro, un phénomène, mais aussi un homme très intelligent, talentueux, séducteur, bon vivant et rajoutez-en.

Nous avons toujours été amis, nous avons été complices au hockey de TVA, à la radio de CKAC, j’ai été son boss à CJMS.

Mardi, il pleurait, il riait et, tout à coup, il partait dans la lune. « Te rappelles-tu quand on marchait la nuit dans les rues de Vancouver ? Quand on allait gager au Jai Alai à Hartford ? Dans le quartier italien à New York ? La nuit du jour de l’An à Calgary ? » Rire aux larmes ou « s’ostiner » pendant des heures, la vie avec Bijou était un feu roulant.

LES EXPOS

Quand j’étais directeur des sports à CJMS, nous nous sentions défavorisés parce que notre grande rivale, CKAC, avait les droits de diffusion des Expos. Or, j’ai réussi à obtenir une importante commandite (O’Keefe) nous permettant d’envoyer un journaliste à plein temps avec notre club de baseball. J’ai choisi Pierre Rinfret et je ne l’ai jamais regretté. Au contraire, c’est comme si j’avais cogné un grand chelem. 

J’avais dit à Pierre : « Eux autres [CKAC] y décrivent, nous autres, on va couvrir. » Pierre, confiant comme dix, m’avait dit : « R’garde-moi ben aller. » 

Bijou sortait de la nouvelle à profusion et quotidiennement. Il est devenu chum avec les Pete Rose, Steve Rogers, Gary Carter, Woody Fryman et autres. Il les amenait à la station. Sept jours par semaine, il ne comptait pas les heures. Il était devenu braqué.

Une machine, Bijou. Au golf, il parlait en « puttant ». S’il jouait aux cartes ou même au casino, il comptait les cartes dans sa tête. Une mémoire phénoménale et un séducteur, un enchanteur. Il ne s’appelle pas Bijou par hasard. C’en était un, je vous le dis.

Salut, Monsieur Rinfret. 

De l’enclave   

  • Il y a environ 17 millions en jeu pour tous les joueurs qui participent aux séries de la NHL. C’est beaucoup pour nous, mais c’est très peu pour eux comparativement aux salaires versés dans la saison régulière. J’y reviendrai. 
  • Bon anniversaire à Éric Lucas, qui en souffle 51, aujourd’hui. Il me semble qu’on était à Leipzig, hier. C’était il y a 19 ans contre Beyer. 
  • Quel a été le premier sportif à obtenir un contrat de plus d’un million en Amérique ? C’était en 1971. Bobby Orr signait un million pour 5 ans avec les Bruins. Avant, Orr a entrepris sa carrière junior majeur à Oshawa. Il avait 14 ans. 
  • Le pilote Lewis Hamilton a vendu son jet Bombardier Challender, une trentaine de millions. On estime sa fortune à 250 millions. Question d’économiser ? Il ne mange plus de viande. 
  • Des rumeurs envoient Sergei Fedorov chez les Red Wings de Detroit, comme futur coach. 
  • Le tournoi de golf des Tigres de Victoriaville a permis de ramasser plus de 450 000 $, la semaine dernière. Seulement à l’encan à la criée, Yvon Lambert a réussi à récolter environ 250 000 $. 
  • Autour de 350 000 $ totalisés jeudi au Tournoi Normand Léveillé à Drummondville pour les personnes handicapées et les proches aidants. Merveilleux ! 
  • Sachez déjà qu’aucun paiement en argent comptant ne sera accepté sur le site de l’Omnium de tennis Banque Nationale du 5 au 14 août. Carte de crédit ou de débit seulement. 
  • Le professionnel de golf Jean Laforce œuvre toujours au Club de Golf Montcalm, mais tient à retourner encore en compétition sur le circuit sénior européen. Il s’entraîne 2 heures et demie par jour. 
  • Un jeune Québécois de Châteauguay, Brendan Lacasse, qui est pro au club de golf de Knowlton, est à un cheveu de se retrouver sur le grand circuit de la PGA. De petite taille, il la gèle à plus de 300 verges. 
  • Si jamais Bobby Clarke vous invite chez lui, vous remarquerez que le contour de sa piscine est le logo des Flyers de Philadelphie. 
  • À un questionnaire amusant de l’Association des joueurs de la LNH, Nick Suzuki confie qu’il aimerait avoir Patrice Bergeron comme coéquipier. 
  • Dans les années 70, on ne comptait à peu près que Gilles Tremblay comme commentateur-ancien joueur de hockey au Québec. Il y en a maintenant une cinquantaine. 
  • Enzo Ferrari a déjà dit : « Pour arriver premier, il faut d’abord arriver. » 
  • Première visite au Québec depuis plus de six mois pour le golfeur marocain d’adoption Stéphane Talbot. Première idée en tête ? Aller jouer au hockey. Deuxième présence sur la patinoire, un but top-net. Quand tu l’as !  

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.