/news/currentevents
Navigation

Parties du corps retrouvées au lac Saint-Jean: une attente insoutenable pour les proches des disparus

Parties du corps retrouvées au lac Saint-Jean: une attente insoutenable pour les proches des disparus
PHOTO TVA NOUVELLES

Coup d'oeil sur cet article

La découverte d’un cadavre démembré dans le lac Saint-Jean il y a quelques jours a ravivé de douloureux souvenirs pour des proches de personnes disparues qui ne peuvent faire autrement que d’attendre de voir s’il s’agit de leur être cher.

• À lire aussi: Recherches au Lac-Saint-Jean après la découverte d'ossements humains

 « Chaque fois, l’adrénaline monte et on se demande la même chose : est-ce que c’est lui ? », lance Caroline Lachance, la mère du jeune David Fortin, disparu à Alma en février 2009 à l’âge de 14 ans. 

Caroline Lachance, la mère du jeune David Fortin, disparu en 2009 à l'âge de 14 ans.
Photo Agence QMI, ROGER GAGNON
Caroline Lachance, la mère du jeune David Fortin, disparu en 2009 à l'âge de 14 ans.

Depuis le début de la semaine, la Sûreté du Québec fouille les eaux du lac Saint-Jean, près du quai de Métabetchouan–Lac-à-la-Croix, après que des marcheurs ont retrouvé des restes humains, à quelques jours d’intervalle.

Pour le moment, un pied dans une botte, la partie inférieure d’un corps et ce qui semble être un morceau de vêtement féminin ont été découverts et envoyés au laboratoire de médecine légale pour analyse.    

Parties du corps retrouvées au lac Saint-Jean: une attente insoutenable pour les proches des disparus
PHOTO TVA NOUVELLES

L’état de la dépouille, qui serait demeurée sous l’eau durant plusieurs années, rend son identification particulièrement difficile.

Un besoin de savoir 

« Après 13 ans, ça nous soulagerait de savoir que c’est notre David. Ça nous permettrait de fermer enfin un chapitre », indique Mme Lachance.

Stéphane Bonneau, le frère de Diane Bonneau qui est disparue sans laisser de trace en juin 2012 à Saint-Félicien, se trouve dans la même situation.

« Quand on a appris la nouvelle, ça a été un choc. Tout de suite, on a pensé à elle. Notre deuil est loin d’être fait, on a besoin de réponses », souligne l’homme. 

Pour le président et fondateur de l’organisme Meurtres et disparitions irrésolus du Québec, Stéphane Luce, ces situations créent beaucoup d’angoisse chez les familles affectées.

« Le plus difficile, ce sont les délais entre le moment où on sait que des ossements sont trouvés et celui où on finit par avoir l’identité de la victime, parfois des mois plus tard », souligne l’enquêteur privé. 

Stéphane Luce, président et fondateur de l'organisme Meurtres et disparitions irrésolus du Québec
Photo courtoisie
Stéphane Luce, président et fondateur de l'organisme Meurtres et disparitions irrésolus du Québec

Les fouilles se poursuivent 

La Sûreté du Québec (SQ) poursuivait ses recherches mercredi dans l’espoir de retrouver l’entièreté de la dépouille et de tirer cette histoire au clair.  

Une quinzaine de policiers ont été déployés, notamment sur des embarcations nautiques et des VTT, pour passer le secteur au peigne fin.

« Avec la crue des eaux, le lit et la berge des rivières se sont nettoyés beaucoup dans les dernières semaines, ce qui pourrait expliquer la découverte de ces restes humains là après tant d’années », explique Hugues Beaulieu, porte-parole de la SQ.  

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.