/entertainment/stage
Navigation

Fin d’une grosse saison pour David Boutin

David Boutin
Photo courtoisie, Vivien Gaumand David Boutin en Vernon Subutex.

Coup d'oeil sur cet article

Avec déjà trois pièces à son actif depuis septembre, David Boutin termine la saison 2021-2022 tout en beauté en incarnant le personnage principal dans Vernon Subutex 1 à l’Usine C.

Prévue en janvier dernier, cette production tirée du roman éponyme de l’autrice française Virginie Despentes avait été reportée en raison des mesures sanitaires liées à la COVID-19.

« Je n’avais jamais fait cela jouer quatre fois au théâtre en une saison, confie le comédien en entrevue téléphonique. Cela s’est toutefois bien passé parce que deux des pièces [NDLR Mademoiselle Julie au Rideau Vert et Ulster American à La Licorne] avaient été annulées l’année précédente, donc 90 % du travail avait été fait. Cela a vraiment allégé le boulot, car sinon cela aurait été plus intense si on avait tout fait à zéro. »

Celui qui a également joué dans Seeker au Théâtre d’Aujourd’hui a même été heureux de retrouver des pièces sur lesquelles il avait planché, mais qu’il n’avait pas encore pu interpréter.

« C’est le fun malgré qu’il y a du temps qui ait passé, mentionne-t-il. On peut aller plus loin. C’est plus riche comme résultat. »

Rôle principal

David Boutin joue le personnage principal appelé Vernon Subutex. Il s’agit d’un disquaire qui perd son commerce en raison de l’obsolescence de ce médium face au numérique. Il tombe ainsi dans la déchéance. Sans endroit où se loger, il va cogner à la porte de diverses connaissances afin de ne pas se retrouver à la rue.

« J’ai beaucoup aimé l’histoire que je ne connaissais pas. C’est un roman chargé qui parle de la société de manière très crue, très directe, avec une pléiade de protagonistes dont les rêves ne se sont pas réalisés. Ils sont très touchants malgré leurs défauts. »

Dans cette distribution, on retrouve notamment Paul Ahmarani, Anne-Marie Cadieux, Violette Chauveau et Samuël Côté.

En parallèle des problèmes personnels du personnage central, il y a aussi une intrigue liée à des vidéos qu’un ami chanteur connu, mort d’une surdose, lui a léguées.

« Il est dans une grande vulnérabilité, précise l’acteur. C’est la fragilité d’un gars qui se retrouve devant rien. Malgré ce constat dur, la pièce est pleine d’humour. »

Première avec Angela Konrad

David Boutin soutient que la metteuse en scène Angela Konrad est restée fidèle à l’œuvre, qui fait partie d’une trilogie, dans son adaptation.

« Il y a eu des coupures évidemment, mais c’est très près du roman, précise-t-il. C’est bien écrit. »

Celui qui côtoie pour la première fois celle qui vient d’être promue à la direction générale et artistique de l’Usine C a bien aimé l’« intelligence », la « folie » et l’« ouverture » de cette créatrice. Il précise d’ailleurs qu’Angela Konrad travaille sur l’adaptation des deux autres tomes qui ont suivi la sortie du premier roman en 2015. Ces livres avaient connu beaucoup de succès en France.

« La forme définitive n’est pas fixée, je crois, mais cela devrait être présenté sur les planches pour la saison 2023-2024 », dit-il.

Cet été, David Boutin participera à un tournage télé pour lequel il ne peut pas dévoiler de détails. Aucun projet n’est encore confirmé pour l’automne, mais ceci ne l’inquiète pas vraiment.

« Cela a toujours été comme ça, avoue-t-il. Cela fait partie du métier. Il faut l’accepter. »

En attendant, il en profitera du printemps pour éprouver un « grand plaisir à jouer devant le public » tout en jouissant du fait que tout est « à recommencer à zéro chaque soir ».


  • Vernon Subutex 1 est présentée du 14 au 22 juin à l’Usine C.
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.