/lifestyle/books
Navigation

Un bon verre de limonade bien frais

Lisa-Marie Gagnon (auteure)
Photo courtoisie, Julie Artacho Lisa-Marie Gagnon

Coup d'oeil sur cet article

Lisa-Marie Gagnon a grandi au Lac-Saint-Jean et, sa région, elle l’a tatouée sur le cœur. Elle réalise un rêve en publiant son premier livre, un récit qui nous entraîne au pays des bleuets, un verre de limonade à la main !

D’où vous est venue l’idée pour votre série jeunesse Limonade ?

J’ai eu envie de me faire vivre des choses que je n’ai jamais eu la chance de vivre. Un camp de vacances, c’est un univers qui m’inspire. Il doit tellement se passer des choses là-bas... J’aurais sûrement trouvé l’amour, quand j’étais jeune, au camp de vacances avec d’autres moniteurs ! Puis, j’avais aussi le rêve de traverser le lac Saint-Jean à la nage. Je ne le réaliserai jamais, alors pourquoi ne pas l’inclure à mon histoire ?

Justement, qu’est-ce que raconte le premier tome ?

Lisa-Marie Gagnon (auteure)
Photo courtoisie

Charlie, 16 ans, est encouragée par son meilleur ami, Sam, à aller travailler comme monitrice dans un camp de vacances au Lac-Saint-Jean. À la dernière minute, Sam a un empêchement et Charlie doit partir seule. C’est un gros défi pour elle, qui est très anxieuse. Au camp Piékouagami, elle sera amenée à se dépasser, à tisser de nouvelles amitiés, à vivre plein de nouvelles expériences et, qui sait, peut-être à trouver l’amour...

Pourquoi avoir choisi de camper l’histoire dans votre région natale ?

Les gens du Lac, on est très attachés à notre région (rires) ! J’avais envie de faire briller ma région. Au départ, je me disais que le personnage principal pourrait être une fille du Lac, mais j’ai trouvé que ce serait plus intéressant de faire découvrir ce coin de pays de l’angle inverse, par quelqu’un qui y met les pieds pour la première fois. Ça amenait plusieurs situations, par exemple quand Charlie, qui vient de Laval, découvre l’accent des habitants de la région, le lac – l’étendue d’eau en tant que telle –, etc.

On retrouve des moments clés de l’adolescence dans l’histoire, comme le premier amour, mais aussi les menstruations et la petite gêne qu’on leur attribue, à cet âge. Pourquoi avoir intégré cet élément ?

Je trouve ça le fun que vous m’en parliez, car justement, on n’en parle pas souvent ! C’est certain que ça peut arriver à une jeune fille dans un camp – ou un autre événement public – d’être gênée d’avoir ses règles. Pourtant, c’est naturel. Ainsi, en incluant un tel épisode dans mon livre, j’ai pensé qu’il y aurait peut-être des adolescentes qui vivent des moments gênants en raison de leurs menstruations et que ça les aiderait à se dire que ça arrive, que c’est normal et qu’il n’y a pas de quoi en être embarrassée.

Votre nom de monitrice de camp de vacances, ça aurait été quoi ?

Évidemment, Limonade (rires) ! C’est estival, c’est une boisson que j’aime et c’est un petit clin d’œil à mon prénom : Lisa-Marie, Li-M, LIMonade. Malheureusement, je n’ai pas ma propre recette de limonade, mais je ne suis pas difficile ; je les aime toutes.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.