/news/politics
Navigation

Lucien Bouchard critiqué par la sœur de René Lévesque

Lucien Bouchard critiqué par la sœur de René Lévesque
Photo Courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

La sœur de René Lévesque est en colère contre l’ex-premier ministre Lucien Bouchard. Celui qui est président d’honneur de l’«Année Lévesque» a condamné «le Parti Québécois au trépas», dit-elle, au lieu de faire honneur à son frère.

• À lire aussi: Monsieur Bouchard, je suis en colère

Dans une lettre ouverte publiée dans nos pages, Alice Lévesque attaque sans retenue l’ex-premier ministre péquiste pour ses récentes déclarations sur le Parti Québécois.

«Pendant que vous décrivez le Parti Québécois comme un “véhicule usé”, qui “ne mérite pas de très bien aller”, dites que “c’est pas fort”, que “ça clique pas”, que “les gens n’en veulent plus”, et qu’“on en choisira un autre”, on vous entend en revanche vous attrister du sort réservé aujourd’hui au Parti libéral», a-t-elle décrit.

Elle lui demande de faire preuve de plus de rigueur et d’équilibre dans son évaluation d’un élément central de l’héritage de son frère: «le véhicule politique qu’il a créé».

La dame de 93 ans estime que le président d’honneur du 100e anniversaire de René Lévesque affirme ses «états d’âme» à l’égard de la formation de son frère.

«Je sais à quel point le Parti Québécois – créé par mon frère entouré de gens fiers, qui avaient le Québec tatoué sur le cœur – a malmené tous ses chefs», a-t-elle écrit.

Elle comprend que, comme son frère René, il a peut-être été blessé à maintes reprises, mais se demande toutefois s’il s’agit d’une raison pour déprécier le PQ comme il le fait aujourd’hui.

Alors que M. Bouchard estime toujours que la souveraineté est «une nécessité politique», Alice Lévesque ne comprend pas qu’il met plus d’énergie à défendre le Parti libéral que l’héritage du PQ.

«Vous avez le droit de ne plus croire au Parti Québécois de 2022, vous avez vos raisons. Vous avez le droit de le critiquer. Mais j’ai été très attristée et choquée que vous condamniez le parti de celui que vous honorez cette année, le parti qui porte toujours haut et fort son option. Ce parti a subi au cours de son histoire de nombreux coups, je ne m’attendais pas au vôtre, si cinglant», affirme-t-elle.

Écoutez Alexandre Moranville-Ouellet au micro de Mario Dumont sur QUB radio: 

Seule formation

Le chef actuel du PQ, Paul St-Pierre Plamondon, n’a pas voulu critiquer directement les récentes déclarations de M. Bouchard. Ce dernier a plutôt répété que le seul véhicule politique qui est dévoué à l'indépendance du Québec est le PQ et que l’«Année Lévesque» ne devrait pas être utilisée pour décourager la population à une consultation populaire sur cette question.

«Ce véhicule-là, il est renouvelé, il est bien financé puis il est d'attaque pour les prochaines élections. Ça me semble être très clair. Que le centième anniversaire de René Lévesque soit utilisé pour décourager la population québécoise d'une consultation populaire sur l'indépendance du Québec, je trouve ça difficile à expliquer, mais ce sont des questions qui devraient être posées aux organisateurs du centième ainsi qu'à monsieur Bouchard», a affirmé Paul St-Pierre Plamondon.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.