/investigations/transports
Navigation

Pont Pie-IX: «Pas une commande politique», jure le gouvernement

Bonnardel défend la réfection du pont sur de vieux piliers

Pont Pie-IX
Photo Pierre-Paul Poulin Les travaux allaient bon train lundi au pont Pie-IX.

Coup d'oeil sur cet article

La réfection du pont Pie-IX sur de vieux piliers n’est pas issue d’une commande politique, jure le ministre des Transports, François Bonnardel.

• À lire aussi: «C’est une très mauvaise idée»: le MTQ construit un pont neuf... sur des vieux piliers

• À lire aussi: 15 syndiqués arrêtés après une intrusion au bureau de Bonnardel

• À lire aussi: Bonnardel n’aime pas parler d’environnement

Mardi, notre Bureau d’enquête révélait que le ministère des Transports (MTQ) avait décidé de reconstruire le tablier du pont Pie-IX, entre Montréal et Laval, sur de vieilles fondations qui seront à refaire d’ici 25 ans.

Selon le président de l’Association professionnelle des ingénieurs du gouvernement du Québec, Marc-André Martin, cette « mauvaise décision de gestion » avait toutes les allures d’une « commande politique ».

Des photos de fûts de piles du pont tirées d’un rapport d’inspection de 2018 qualifiés d’acceptables.
Capture d'écran
Des photos de fûts de piles du pont tirées d’un rapport d’inspection de 2018 qualifiés d’acceptables.

Or, il n’en est rien, assure le ministre Bonnardel. 

« Ce qu’affirme le syndicat des ingénieurs est faux : il ne s’agit aucunement d’une commande politique », a soutenu le ministre dans une déclaration écrite.

« Les ingénieurs sont en grève présentement. Ce genre de sorties médiatiques n’aide en rien », a-t-il ajouté.

Le ministre Bonnardel a défendu la décision du MTQ de conserver les piliers en fin de vie, affirmant que « des ingénieurs de plusieurs années d’expérience ont choisi cette option pour la rénovation du pont Pie-IX ».

À peine plus coûteux

Un rapport de 2015 obtenu par notre Bureau d’enquête indiquait qu’il était plus avantageux de reconstruire le pont au complet que d’en conserver les fondations pour des coûts à peine plus élevés.

Ceci aurait donné un pont « complètement neuf », d’une durée de vie estimée « de 75 ans », « conforme aux normes en vigueur » et « au coût d’entretien faible », notait le rapport.

Selon le président du syndicat des ingénieurs, ce n’est pas le choix qui a été fait, « à l’encontre de l’avis des ingénieurs » pour éviter des évaluations environnementales et ainsi accélérer le projet.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.