/sports/football
Navigation

La médecine avant la NFL pour Laurent Duvernay-Tardif

Le Québécois entamera sa résidence, mais ne parle pas de retraite dans la NFL

La médecine avant la NFL pour Laurent Duvernay-Tardif
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Laurent Duvernay-Tardif a longtemps priorisé le football, mais voilà que l’appel de la médecine se fait sentir. Le garde entamera sa résidence le 1er juillet tout en se gardant une porte ouverte pour sauter sur le terrain dans la NFL à l’automne si l’occasion se présente.

• À lire aussi: Laurent Duvernay-Tardif devient joueur autonome 

Duvernay-Tardif, qui a joué de 2014 à 2021 avec les Chiefs de Kansas City, avant d’être échangé aux Jets de New York en novembre, est joueur autonome depuis mars. 

Il assure qu’il a discuté avec des équipes intéressées à ses services pour la saison prochaine et qu’il a même reçu trois offres fermes de clubs qu’il préfère ne pas identifier.

Toutefois, celui qui a obtenu son diplôme en médecine à l’Université McGill en mai 2018 doit commencer sa résidence s’il souhaite continuer dans cette voie. 

Laurent Duvernay-Tardif a obtenu son diplôme de la Faculté de médecine de l’Université McGill en mai 2018.
Photo d’archives
Laurent Duvernay-Tardif a obtenu son diplôme de la Faculté de médecine de l’Université McGill en mai 2018.

En novembre dernier, il a complété son processus de demande d’admission, car il s’agissait du dernier cycle sur lequel il pouvait postuler pour sa résidence. Accepté, il a récemment obtenu son permis de travail. Il entend maintenant se spécialiser en médecine familiale et en médecine d’urgence.

« Le but a toujours été de faire de la médecine pour les 40 prochaines années. J’ai étiré le plus possible mon parcours pour maximiser le football, mais j’en suis rendu au point où la priorité doit être la médecine. On parle d’un programme de spécialisation de deux ans et sans la phase d’introduction, je risquerais de mettre mon parcours en péril », a confié Duvernay-Tardif, qui besognera dans le réseau de santé affilié à McGill.

  • Écoutez la chronique sportive de Jean-François Baril sur QUB radio :

Une porte ouverte

Cette phase d’introduction en résidence s’étirera sur deux mois, ce qui fait en sorte qu’en septembre, si une équipe de la NFL se manifeste et que l’intérêt s’avère réciproque, il ne serait pas trop tard pour replonger dans le bain.

« Je continue de m’entraîner et je verrai en septembre comment je me sens, mais les équipes qui m’ont contacté sont à l’aise avec la situation. Je ne pouvais pas être plus transparent par rapport à ça. Je priorise la médecine tout en me laissant une porte ouverte », a noté Duvernay-Tardif.

Miser sur lui-même

Après avoir fait une croix sur la saison 2020 afin de prêter main-forte en CHSLD au Québec au début de la pandémie et avoir été laissé de côté par les Chiefs pendant deux mois, il est vite retombé sur ses pieds à New York.

La médecine avant la NFL pour Laurent Duvernay-Tardif
Photo courtoisie

Loin du terrain pendant 18 mois, il a retrouvé son poste de partant après 10 jours seulement. Voilà qui fait dire au sympathique géant qu’il pourrait refaire le même coup, même en ratant le camp d’entraînement estival.

«Je ne suis pas prétentieux et je n’aime pas dire ça, mais j’ai décidé de miser sur moi. Après huit ans dans la NFL, j’ai gagné ce droit», a-t-il tranché. 

«Pendant toutes ces années au football, tu te fais dire que tu n’es pas indispensable, qu’on peut te remplacer et que tu es un pion sur l’échiquier. Je vais prendre la chance de changer ce narratif», a-t-il poursuivi.

Le Super Bowl avant tout

Dans ce contexte, Duvernay-Tardif continuera de tendre l’oreille si une opportunité se présente et le marché pour ses services ne sera pas un facteur. 

«Si j’y vais, c’est pour avoir une vraie opportunité de gagner un autre Super Bowl. L’argent ne jouera pas un rôle dans ma décision», a spécifié le garde.

En paix si c’est la fin sur les terrains 

Au fil des années depuis qu’il a été repêché dans la NFL, Laurent Duvernay-Tardif aura maintes fois prouvé qu’il vaut mieux ne pas parier contre lui. Si toutefois son parcours dans le football devait se terminer cette année, il serait pleinement à l’aise.

«Je suis confortable à 100 % si c’est la fin, a-t-il assuré. 

«De manière très humble, je considère que j’ai fait ce que j’avais à faire au football. Si je continue de jouer, c’est uniquement parce que je suis mordu de ce sentiment d’être devant 80 000 personnes dans un stade électrisant et de gagner en équipe. Je n’ai pas tourné la page, mais s’il n’y a plus de football, il n’y a plus de football.»

Réserviste? Pas si vite!

Voilà qui a le mérite d’être clair. Cependant, s’il reçoit un appel et qu’il accepte d’enfiler de nouveau les épaulettes, il serait grossier de croire que Duvernay-Tardif se contentera d’un rôle obscur.

Dans la NFL, les camps d’entraînement en juillet et août laissent inévitablement des traces. Tandis que certains joueurs tombent au combat, d’autres se retrouvent à la merci de la réalité économique liée au plafond salarial. 

Par conséquent, un alignement en septembre n’est pas toujours celui imaginé en juin.

«J’ai rarement connu des joueurs de talent qui ont amené juste de la profondeur, même s’ils ont commencé comme réservistes avec une équipe. La réalité, c’est qu’il y a toujours des blessures. 

«Je ne vis pas dans le déni non plus. Je ne m’attends pas à ce que si j’arrive à la semaine 1, sans camp d’entraînement, on me dise : ‘‘voilà les clés du poste de garde à droite’’», a indiqué Duvernay-Tardif.

Présence rassurante

Dans les discussions entre les équipes intéressées et son agent Sasha Ghavami, le «Doc» a compris que même en prenant le risque de les faire languir, il pourrait vite gagner sa place.

«Je me suis fait dire que ça peut sécuriser bien des équipes d’avoir un garde qui s’est fait échanger et qui est devenu partant après 10 jours pour une nouvelle équipe, après avoir été à l’écart pendant un an et demi. L’argument que je n’aurai pas joué depuis longtemps pourrait rapidement être renversé.»

Pour le moment, par contre, ce sera uniquement la médecine et l’entraînement au programme. 

«Il n’y aura plus d’apparition publique à partir du 1er juillet, il n’y aura plus de souper, d’activités de financement de fondation... Je vais me donner l’opportunité de m’investir dans ma passion pour la médecine.» 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.