/investigations/politics
Navigation

Le prêt de 30M$ à un roi d’Airbnb dénoncé

Les partis d’opposition condamnent l’aide de Québec

Periode des questions
Photo d'archives La députée solidaire Ruba Ghazal à l’Assemblée nationale en février 2020.

Coup d'oeil sur cet article

En pleine crise du logement, les trois partis d’opposition à l’Assemblée nationale dénoncent un prêt de 30 millions $ de Québec à l’entreprise américaine de location à court terme Sonder. 

• À lire aussi: Des Airbnb à 2000$ la nuit au lieu de logements

• À lire aussi: En pleine crise du logement, Québec prête des millions à un roi d'Airbnb

Québec solidaire, le Parti libéral et le Parti Québécois ont tour à tour critiqué hier la décision de Québec d’accorder 30 millions $ à Sonder pour l’établissement d’un centre de croissance dans la métropole. 

Une première tranche du prêt de 6 millions $ a été attribuée par Québec récemment, et le reste suivra durant les quatre années suivantes. Aucune somme n’a toutefois encore été prélevée par Sonder, selon une porte-parole de l’entreprise.

« Donner 30 millions $ d’argent public au roi d’Airbnb, qui empire délibérément la crise du logement, c’est tout simplement scandaleux ! » a écrit Ruba Ghazal, de Québec solidaire, dans un communiqué. 

Selon elle, le gouvernement devrait faire marche arrière sur le prêt.

« Le plan de la CAQ en logement égale encourager une compagnie américaine à développer de l’hébergement de court terme », a de son côté tweeté la cheffe du Parti libéral, Dominique Anglade.

« On exige que le gouvernement fasse enquête sur ce dossier et qu’il suspende dès maintenant les versements de l’aide de 30 M$ à l’entreprise », a réclamé Meganne Perry Melançon, porte-parole en matière d’habitation au PQ.

Très actif à Montréal

Notre Bureau d’enquête a rapporté hier que Sonder offre des dizaines de logements sur Airbnb dans le Sud-Ouest, Ville-Marie et le Plateau Mont-Royal, où la crise du logement est prononcée.

Sonder exploite la majorité de ses établissements montréalais en toute légalité, grâce notamment à des droits acquis ou une dérogation à la réglementation municipale.

Mais selon le Regroupement des comités logements et associations de locataires du Québec (RCLALQ), ces droits acquis « n’ont pas lieu d’être ».

« La perte de logement [...] est très importante, surtout pour les logements abordables, soutient le porte-parole Cédric Dussault. Que ces entreprises aient des droits acquis, c’est excessivement choquant. Dans certains cas, il faudrait revenir en arrière et reconvertir en location traditionnelle. »

L’Association hôtellerie Québec et l’Association des hôtels du Grand Montréal ont réagi en insistant sur la nécessité pour les locateurs à court terme de type Airbnb d’être soumis aux mêmes règles que les hôteliers traditionnels.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.