/misc
Navigation

Le nouveau beau risque des nationalistes à la CAQ

Coup d'oeil sur cet article

C’est un nouveau beau risque que prennent ces souverainistes convertis à l’autonomisme caquiste, comme Bernard Drainville.

Ce beau risque 2.0 ne prend pas la forme d’un nouvel arrangement constitutionnel, comme celui de Lévesque en 1984, qui a mené à l’accord du lac Meech. Il a de nouveaux habits.

Pour les souverainistes à la CAQ, ce beau risque est celui d’affirmer que l’existence d’un gouvernement autonomiste est suffisante pour que le Québec progresse. 

Que leur présence légitime et consolide le fédéralisme canadien.

Quand la CAQ se dit à l’aise dans le contexte actuel, elle affirme que l’existence pleine et entière du Québec peut se faire dans le cadre canadien. 

Qu’avec de nouveaux pouvoirs, principalement en immigration, le Québec devrait être satisfait de lui-même. Se sentir complètement à l’aise à l’intérieur des murs canadiens.

C’est à cela que les souverainistes caquistes consentent. 

C’est une avenue politique légitime que d’autres ont empruntée, à condition que la CAQ nous dise quels chemins elle empruntera si ce nationalisme-autonomisme était obstrué par le fédéral. Sinon, ça reste incomplet.

Suivra-t-elle le principe de l’égalité ou l’indépendance de Daniel Johnson ou jouera-t-elle au fourbe à la Robert Bourassa après Meech ?

PQ

Politiquement, l’arrivée de Drainville à la CAQ asphyxie l’oxygène restant du PQ.

Le risque est donc double : la marginalisation du principal véhicule indépendantiste qu’est le PQ. Des idées existent, car les partis politiques les portent. 

Sans véhicule, elles sont condamnées. C’est le cas de l’indépendance.

Vous me direz que QS l’est. Mais, comme Drainville et la CAQ, cette bataille ne semble pas les intéresser et son électorat y est divisé.

La CAQ se maintient en équilibre entre le PLQ et le PQ depuis quatre ans. 

Si le PQ disparaît du jeu politique au profit d’une domination caquiste, le centre de gravité de la CAQ pourrait se déplacer vers un fédéralisme plus affirmé.

Voilà un autre péril que pose la venue de ténors souverainistes à la CAQ.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.