/news/politics
Navigation

330 arbres abattus pour le passage du tramway à l’Université Laval

Une portion de 5,8% du boisé Lacerte va également disparaître

Coup d'oeil sur cet article

Pour permettre le passage du tramway à l’Université Laval, la Ville de Québec devra abattre 330 des 731 arbres qui se trouvent sur son sillage. Aussi, une portion de 5,8 % de la superficie du boisé Lacerte disparaîtra.  

• À lire aussi: 300 personnes manifestent contre le tramway

• À lire aussi: Possible retrait de Siemens: le maire Marchand minimise l’impact pour le projet de tramway

Il s’agit là d’un des points saillants de la présentation faite hier par le bureau de projet du tramway pour décrire « le territoire névralgique pour le transport en commun » que sera l’Université Laval (UL). 

La station de tramway Desjardins sur la rue de l’Université.
Illustration courtoisie, Ville de Québec
La station de tramway Desjardins sur la rue de l’Université.

La Municipalité relativise ce chiffre de 330 en mentionnant qu’il comprend 134 frênes (condamnés à mourir à cause de l’agrile) ainsi que 37 arbres ou arbustes « remplaçables ».

On rappelle l’engagement de replanter 20 arbres pour chaque arbre abattu. Plus de 1200 arbres seront plantés sur le campus pour compenser ceux disparus. 

Même s’il faudra sacrifier 0,2 hectare de la superficie du boisé Lacerte, la Municipalité assure avoir opté pour le scénario d’insertion le plus optimal. 

Illustration courtoisie, Ville de Québec

 

« Le prix à payer »

Interrogé là-dessus, le maire de Québec, Bruno Marchand, a soutenu hier que « c’est malheureusement le prix à payer pour avoir un tramway qui passe dans le cœur de l’UL et qui est un pôle d’échanges qui se connecte pour l’ensemble des besoins de mobilité. Philosophiquement, on n’aurait pas pu faire d’autre choix. Ne pas passer par l’Université, ça aurait été scandaleux, ça aurait été tragique. » 

Voici le tracé du tramway sur le campus de l’Université Laval, dévoilé lundi.
Illustration courtoisie, Ville de Québec
Voici le tracé du tramway sur le campus de l’Université Laval, dévoilé lundi.

Le pôle d’échanges de l’UL sera le plus achalandé sur le parcours du tramway. Il sera situé à l’intersection de l’avenue de la Médecine et de la rue de l’Université.

Les autobus en direction du nord de la ville partiront de ce pôle-là, et non plus en face du pavillon Desjardins. 

Une vue de la station du tramway au Pôle de l’Université Laval.
Illustration courtoisie, Ville de Québec
Une vue de la station du tramway au Pôle de l’Université Laval.

 

Moins de circulation automobile 

Un des principes directeurs de l’entente d’hier est celui de « réduire la circulation automobile sur le campus et à proximité ». Cela passe par la multiplication des sens uniques sur le campus, a-t-on expliqué.

Encore là, le maire Marchand, la rectrice de l’Université Laval, Sophie D’Amours, et même le chef de Québec d’abord, Claude Villeneuve, ont défendu ce choix en expliquant qu’il était normal de limiter la place de la voiture à l’UL.

Illustration courtoisie, Ville de Québec

« Quand l’Université a décidé de fermer aux voitures la rue à l’est du [pavillon] De Koninck, il n’y a pas eu de catastrophe, il n’y a pas eu de chaos », a rappelé M. Marchand.

En parallèle, quelque 150 cases de stationnement (sur les 8900 actuelles) seront abolies sur le campus à cause du passage du tramway. 

Illustration courtoisie, Ville de Québec

 

La Ville de Québec versera 10 M$ à l’UL à titre de compensation pour l’empiétement sur le campus.

L’UL se donne l’option de profiter des futurs travaux pour construire un tunnel piétonnier de 400 mètres entre les pavillons Desjardins et Lacerte.

Son budget – de 7 M$ à 8 M$ – ne ferait pas toutefois partie de l’enveloppe du tramway. 

Illustration courtoisie, Ville de Québec

 

Scepticisme

Québec 21 a dit accueillir l’annonce d’hier « avec scepticisme ». Selon son chef, Eric Ralph Mercier, « il est ironique que la Ville de Québec choisisse d’abattre des centaines d’arbres sur le territoire de l’Université Laval alors que l’Université a justement reçu un mandat de la Ville, en novembre 2020, pour préserver les arbres le long du tracé du tramway ».

Courtoisie Ville de Québec

 

Le Conseil régional de l’environnement s’est réjoui de l’entente en affirmant que le scénario d’insertion choisi était celui qui avait « le moindre impact pour le campus, ses utilisateurs et ses infrastructures souterraines ».  

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.