/news/green
Navigation

Crue au Saguenay: «C’est exactement les mêmes conditions que l’on a connues au déluge»

Coup d'oeil sur cet article

Après le niveau du lac Saint-Jean, c’est au tour de celui du lac Kénogami de susciter des inquiétudes au Saguenay.

Les précipitations auraient fait grimper le niveau du bassin de 15 centimètres au-dessus de la normale dans les derniers jours.

Même si aucun débordement ou bris majeur n’a encore été rapporté, la ville et la sécurité civile sont aux aguets.

Les personnes qui sont inquiètes ou qui constatent des situations problématiques sont invitées à contacter les autorités municipales.

C’est l’ancien président de l’Association pour la protection du lac Kénogami, Claude Collard, qui s’est empressé d’alerter les autorités locales samedi matin après avoir constaté que le niveau du réservoir était anormalement élevé.

«Le niveau de gestion maximal est de 163,7, a expliqué Claude Collard. Samedi on avait dépassé le 163,8 et on se dirigeait vers 8 pouces trop haut et le lac continuait de monter.»

  • Écoutez le témoignage d'Audrey Boyer Boisvert, résidente de La Baie au micro de Philippe-Vincent Foisy sur QUB radio :

Le Centre d’expertise hydrique, qui est responsable de la gestion du niveau du lac, a encore trop tardé avant d’ouvrir les évacuateurs des barrages situés en aval, selon celui qui était ingénieur des structures pour le ministère des Transports lors du déluge de 1996.

«L’eau arrive de la Réserve faunique des Laurentides et quand elle arrive, elle arrive très rapidement, a-t-il précisé. On n’est pas encore prêt, à mon avis, pour gérer ce genre de crue qui arrive aussi vite et il faut trouver des solutions pour éviter d’autres déluges. [...] Il faut arrêter que ce soit nous, les riverains, qui doivent forcer pour faire ouvrir les pelles des barrages. Ce n’est pas normal. Il y a un gros travail à faire là-dessus. Les gens ont peur actuellement parce qu’ils ont vu pleuvoir pendant une semaine avant le déluge et c’est exactement les mêmes conditions que l’on vit cette semaine que celles que l’on a connues au déluge.»

«Il n’y aura pas de deuxième déluge, c’est impossible», a indiqué un autre riverain, Ghislain Girard.

Celui qui possède une résidence secondaire sur le chemin de la Rivière-aux-Sables depuis 1959 est rassuré de constater que le niveau du lac a diminué au cours des dernières heures.

«Je trouve que la gestion du niveau du lac est très bonne depuis une dizaine d’années», a-t-il affirmé.

Les autorités municipales sont aux aguets même si la situation est maîtrisée selon le Centre d’expertise hydrique.

«Au centre, on nous a dit qu’ils avaient la situation en main et sous contrôle, a précisé le conseiller municipal du secteur, Jimmy Bouchard. Je ne doute pas de ce qu’ils me disent, mais je pense que ça mérite un minimum d’attention. Il y a encore une certaine marge de manœuvre avant que ça inonde les terrains, mais il faut être prudent considérant les apports d’eau à venir dans les prochaines heures.»

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.