/news/politics
Navigation

Québec veut déployer 1000 défibrillateurs à travers la province

Québec veut déployer 1000 défibrillateurs à travers la province
Photo Agence QMI, Joël Lemay

Coup d'oeil sur cet article

Dans le cadre de son Plan santé, le ministre de la Santé, Christian Dubé, compte rendre accessibles 1000 défibrillateurs d’un bout à l’autre de la province.

C’est ce que prévoit la «Stratégie globale de déploiement de 1000 défibrillateurs externes automatisés (DEA) pour la population québécoise», présentée par le ministre Dubé plus tôt dans la journée de lundi.

«Avec environ 10 000 personnes victimes d'un arrêt cardiorespiratoire chaque année au Québec, nous devons nous doter d'une telle stratégie. L'application rapide des manœuvres de premiers secours peut tripler les chances de survie d'une victime et nous permettre de sauver 200 personnes supplémentaires annuellement», a déclaré le ministre.

Dans une première phase, 100 appareils seront installés dans les guichets automatiques de la Caisse Desjardins et de la Banque Nationale, en raison de la facilité d’accès de ces lieux et de leur répartition régionale.

Les 900 autres défibrillateurs seront ensuite déployés en fonction des résultats de cette première phase, dans le but d’assurer une couverture la plus complète possible.

Notons qu’il n’est pas nécessaire d’avoir une formation préalable pour utiliser un DEA et porter secours à une victime d’un arrêt cardio-respiratoire.

La stratégie du ministre comprend aussi la mise en place d’un registre national des DEA sur le territoire québécois, en collaboration avec la Fondation Jacques-de-Champlain. Ce registre permet de géolocaliser les appareils, ce qui permettra au centre de communication santé de fournir cette information à la personne qui appelle.

Dans un communiqué de presse, le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) a annoncé qu’il s’engage à contribuer au financement, au déploiement et à la mise à jour de ce registre.

Enfin, Christian Dubé a exprimé qu’il souhaite l'adoption d'une loi spécifique sur l'accès public à la défibrillation sur l'ensemble du territoire. Cette loi inclurait notamment les lieux qui devraient disposer d'un DEA, le rôle et les responsabilités de ces lieux, ainsi que l'enregistrement des DEA au registre national.

Du côté de la Fondation Jacques-de-Champlain, l’annonce du gouvernement est reçue comme une excellente nouvelle.

«Nous militons depuis des années pour obtenir un accès public facile et rapide aux DEA, a déclaré le président de la fondation, le Dr François de Champlain. Notre partenariat avec le ministère de la Santé et des Services sociaux assurera la pérennité de notre registre et ouvre la voie à de nouvelles opportunités permettant de réduire le “facteur chance” de survie des Québécoises et des Québécois victimes d'un ACR.»

Au Canada, près de 40 000 personnes subissent un arrêt cardiorespiratoire par an, soit une toutes les 12 minutes. 85% de ceux-ci surviennent à l'extérieur des centres hospitaliers, à la maison ou dans des endroits publics.

Actuellement, un DEA n’est utilisé avant l'arrivée des services d'urgence que dans 8% des arrêts cardiorespiratoires au pays.

Au Québec, on compte 5124 DEA qui sont déjà enregistrés dans des lieux publics.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.