/travel/destinations
Navigation

La revanche des voyageurs: les Québécois avaient hâte de repartir à l’étranger

0219 évasion
Photo d'archives Le Costa Rica est une des destinations populaires chez les Québécois. Le pays est reconnu pour ces cascades spectaculaires au coeur de la forêt tropicale.

Coup d'oeil sur cet article

Des voisins qui partent à Lisbonne, des amies en vacances à Hawaii, un neveu en route pour le Mexique... Si vous avez l’impression que vos proches sont nombreux à faire leurs valises, vous n’avez sans doute pas tort. Après plus de deux ans de pandémie et de sédentarité forcée, nombreux sont les Québécois qui ont retrouvé le goût de partir à l’étranger. Pour certains, l’envie est plus forte que jamais.

• À lire aussi: Où aller en vacances cet été?

Cet engouement, Gitane Charron, directrice de l’agence de voyages Jesuisvoyageur, le constate clairement. Tout particulièrement depuis que le Canada a annoncé la fin des tests obligatoires pour revenir au pays. «C’est hallucinant. On est plus occupés qu’en 2019, dit la conseillère en voyages qui se spécialise dans les séjours d’expérience et de luxe. On bat des records, et on remarque un gros retour vers les services en agence.» 

La même fébrilité est ressentie chez Flytrippers, un site web qui repère les billets d’avion à petits prix et publie des conseils pour voyager au rabais. «On reçoit environ 1000 messages par semaine depuis quelque temps. Ce sont les tests imposés au retour au Canada qui frenaient beaucoup les voyageurs depuis un an», constate le cofondateur du site Andrew D’Amours. 

PAS ENCORE COMME EN 2019, MAIS...

Bien que les niveaux soient encore loin de ceux de 2019 – et que les situations pandémique et mondiale demeurent volatiles –, des données sur le transport aérien indiquent elles aussi qu’une reprise est en marche. 

Plus concrètement, le nombre de passagers à l’aéroport Pierre-Elliot-Trudeau pour le mois d’avril 2022 correspond à environ 70 % du niveau de 2019, selon les données préliminaires d’Aéroports de Montréal, ce qui laisse présager un été plus occupé que prévu. 

Pour le premier trimestre de 2022, les 2,2 millions de passagers enregistrés représentaient seulement un peu moins de la moitié du trafic enregistré à la même période en 2019, avant la pandémie. Par contre, si on compare avec la même période en 2021, on parle de quatre fois plus de voyageurs. 

RATTRAPER LE TEMPS

Selon Nicolas Ryan, directeur des affaires publiques de CAA-Québec, deux tendances se dessinent parmi les voyageurs prêts à reprendre le large. Il y a le voyageur qui privilégie les séjours de proximité et il y a le voyageur qui veut réaliser son grand rêve. «Celui-là se dit “je me suis privé pendant deux ans, je vais me gâter deux fois plus la prochaine fois”.» 

Des spécialistes du marketing parlent de «tourisme de revanche» («revenge travel») pour décrire cette envie de rattraper le temps perdu et de parcourir le monde pendant que c’est possible. 

Gitane Charron de Jesuisvoyageur observe bien ce phénomène auprès de sa clientèle. «C’est tellement tangible! dit- elle. Les gens ont économisé leurs sous, ils ont un peu plus de budget pour partir, ils veulent partir un peu plus longtemps. Et ils veulent cocher des cases sur leur bucket list.» 

«C’est comme si les gens avaient arrêté de tenir pour acquis qu’ils pourraient voyager n’importe quand, quand ils le voulaient. C’est maintenant que ça se passe.» 

LIEUX DE RÊVE

Au cours des derniers mois, de nombreux pays ont allégé leurs exigences d’entrée. Les «destinations de rêve» sont dans la mire de nombreux clients chez Jesuisvoyageur. 

«Hawaii, les îles Galapagos, les safaris en Afrique ; c’est le genre de demandes qu’on reçoit en ce moment», note Gitane Charron. 

L’Europe est aussi populaire chez ceux qui partent à l’étranger cet été, remarque Andrew D’Amours de Flytrippers. «Il y a beaucoup de vols, ils ne sont relativement pas trop chers comparés à d’autres desti- nations, et les restrictions sont presque complètement levées», analyse-t-il. 

Selon le rapport de CAA-Québec sur les intentions de voyage, les Québécois resteront tout de même majoritairement dans la province (45 %) ou ailleurs au Canada (11 %) pour les vacances, ce qui était aussi le cas avant la pandémie. Ceux qui comptent quitter le pays prochainement privilégieront les États-Unis (10 %) et l’Europe (5 %), principalement la France, l’Italie et l’Espagne.

 

DES BILLETS D’AVION PLUS CHERS   

Les prix des billets d’avion sont en hausse, selon les spécialistes, surtout pour les billets d’avion. Mais les prix plus élevés ne freinent pas les voyageurs les plus impatients. 

«On remarque que l’avion coûte un peu plus cher, confirme Nicolas Ryan de CAA-Québec. Par contre, ce qu’on remarque, c’est que les budgets de voyage sont plus élevés aussi cette année.» 

Le cofondateur de Flytrippers Andrew D’Amours assure qu’il est toujours possible de trouver des aubaines sur les vols, du moins pour certaines régions du globe. 

«Si on est flexible, soit sur la date, soit sur la destination, on peut avoir des aussi bons deals de billets d’avion qu’avant. Sinon, peut-être qu’effectivement, c’est plus cher maintenant. Mais des aubaines, il va toujours y en avoir.» 

QUELQUES CHIFFRES

106 - Le nombre de destinations desservies depuis l’aéroport Pierre-Elliot-Trudeau (YUL) en mars 2022, un record depuis le début de la pandémie. 

131 - Le nombre de destinations desservies à YUL en 2019 avant la pandémie. 

47,9 % - Le pourcentage de trafic de passagers aérien à l’aéro- port Pierre-Elliot-Trudeau enregistré au premier trimestre de 2022 (2,2 M) comparé à celui de la même période en 2019 (4,7 M). 

70 % - Le pourcentage de trafic aérien en avril 2022 comparé à celui de 2019, selon des données préliminaires d’Aéroports de Montréal. 

1,2M - Le nombre de résidents canadiens qui sont revenus d’un voyage aux États-Unis en passant par l’un des postes frontaliers terrestres du pays dotés d’un système automatisé, en avril 2022. Cela correspond à 1 million de personnes de plus qu’en avril 2021, mais à 55,8 % du total d’avril 2019. 

67% - Selon le sondage annuel de CAA-Québec sur les intentions de vacances, publié le 1er juin dernier, 67 % des Québécois comptent voyager cet été et 15 % d’entre eux prévoient le faire en avion. Un total qui s’approche des 19 % observés en 2019 et qui correspond à 10 points de plus que l’an dernier.

 

Des voyageurs soulagés et fébriles  

0219 évasion
Joël Lemay / Agence QMI

Les voyageurs québécois sont de plus en plus nombreux à reprendre le chemin de l’aéroport Pierre-Elliott-Trudeau. 

Au plaisir de pouvoir voyager à nouveau s’ajoute une fébrilité nouvelle: un mélange de bonheur et de léger stress de reprendre une vie «plus normale» dans laquelle les voyages de loisir sont de nouveau permis. 

«On est fébriles, on a hâte, on est contents», lancent Danik Di Tamasso, Alexandre Nadeau et Étienne Forget, un trio de jeunes hommes de 24 ans de Joliette sur le point de s’envoler pour Cuba. «Les restrictions sont levées, l’été s’en vient, le prix était bon; on trouvait que c’était un bon moment pour partir.» Les voyageurs avec qui Le Journal a discuté sont habités par la même émotion: ce premier voyage depuis longtemps représente un pas vers une liberté retrouvée. C’est le cas pour Violeta Osievschii et sa famille, qui peuvent enfin partir pour Disneyland à Paris avec les enfants puis en Moldavie pour revoir la famille. «On est heureux de pouvoir voyager à nouveau en famille», confie-t-elle.

Lors de notre passage, les voyageurs circulent sans difficulté sur les lieux. Aux comptoirs de la compagnie Sunwing, les voyageurs forment une file qui avance rondement. Même chose devant le passage à la sécurité menant vers les portes d’embarquement des destinations internationales. 

À l’aéroport Pierre-Elliott-Trudeau, surprise pour plusieurs, le port du masque demeure obligatoire. Les voyageurs devront donc être masqués jusqu’à leur arrivée à destination, pendant tout le vol également. 

Malgré les visages couverts, on devine les sourires s’alliant aux yeux pétillants de ceux qui s’apprêtent à s’envoler pour ail- leurs. La reprise des voyages a bien lieu : il y a quatre fois plus de départs que l’an dernier à pareille date. Par contre, on n’a pas encore retrouvé les mêmes niveaux qu’avant la pandémie.

 

UNE REPRISE MONDIALE BIEN AMORCÉE  

  • Le tourisme international est à 61 % de son niveau de 2019 pour les mois de janvier à mars 2022, avec 117 millions d’arrivées internationales, selon l’Organisation mondiale du tourisme (OMT). 
  • Globalement, l’Europe est en tête de la reprise, suivie de près des Amériques. Les Caraïbes et le sud de l’Europe méditerranéenne ont la reprise la plus rapide. Les arrivées s’y sont réta- blies à près de 75 % des niveaux de 2019. Dans certains cas, le tourisme atteint ou dépasse même les niveaux prépandémie.
  • L’Asie-Pacifique est à l’autre bout du spectre. Les niveaux de janvier-mars 2022 étaient inférieurs de 93 % aux chiffres de 2019, malgré une hausse des arrivées internationales de 64 % par rapport à 2021. 
  • L’OMT s’attend à ce que les arrivées de touristes internationaux atteignent de 55 % à 70 % des niveaux de 2019 cette année, en tenant compte de l’incertitude causée par la guerre en Ukraine et de la pandémie. Une estimation plus optimiste que prévu. 

DES RESTRICTIONS ENCORE EN PLACE * 

  • Dès lundi, les voyageurs canadiens n’auront plus besoin d’être vaccinés pour monter à bord d’un avion au Canada. À leur retour, ils devront toutefois faire un test avant de prendre l’avion, ainsi qu’à l’arrivée, et se mettre en quarantaine.     
  • Il est obligatoire de remplir l’application ArriveCAN pour revenir au pays.    
  • Chaque destination a ses propres règles d’entrée. Elles peuvent varier selon le statut vaccinal. Les États-Unis, par exemple, n’acceptent pas les voyageurs internationaux non vaccinés. Cependant, depuis le 12 juin 2022, il n’est plus nécessaire de présenter un test antigène pour s’y rendre par avion si l’on est vacciné.     
  • Au moins 45 pays du monde ont levé l’ensemble de leurs restrictions aux voyageurs. C’est le cas du Royaume-Uni, de l’Italie, de la Grèce, de l’Autriche et de la Belgique.         

* infos valable en date du 16 juin 2022

 QUELQUES CONSEILS AUX VOYAGEURS   

  • Ne pas attendre la dernière minute pour renouveler son passeport, étant donné les longs délais à Passeport Canada en ce moment.     
  • Réserver tôt, pour pouvoir profiter de choix et de prix avantageux.    
  • Avoir les assurances adéquates et bien vérifier les conditions de modification et d’annulation de son voyage.     
  • Arriver tôt à l’aéroport pour éviter les attentes.        
Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.