/weekend
Navigation

Premier roman de Christophe Fauré: l’amour est plus fort que la mort

Christophe Fauré
Photo courtoisie, Johann Sauty

Coup d'oeil sur cet article

Psychiatre et psychothérapeute, auteur de nombreux best-sellers sur le deuil et les épreuves de la vie, Christophe Fauré signe cette année un premier roman passionnant, Mourir n’est pas te perdre. Voyageant entre les époques, à travers une galerie de personnages, il explore les liens puissants qui relient les êtres. Est-ce possible que l’amour soit plus fort que la mort? Est-ce que ceux qui s’aiment dès le premier regard se sont déjà aimés dans une autre vie ? 

Christophe Fauré amène les lecteurs à se questionner à travers l’histoire de gens de notre siècle, prénommés Helen, Steven, Betsy, Kelly, Kate... et celle de gens qui ont vécu en Mésopotamie, en Norvège, en Allemagne. 

Les recherches

L’auteur souligne que bien qu’elle soit romanesque, l’histoire qu’il a imaginée est basée sur de nombreuses recherches et quantité de témoignages. Il en parle avec enthousiasme, en entrevue.

«Je suis en train de terminer le manuscrit d’un livre qui va sortir à la fin de l’année, qui est la version “scientifique” du roman. Ça reprend tous les thèmes qui sont abordés dans le roman, et ce sont des thèmes qui me passionnent depuis l’âge de 13 ans», dit-il. 

Il fait remarquer que Mourir n’est pas te perdre peut se lire à deux niveaux. 

«On peut le lire comme une histoire fantastique, mais en vérité, et c’est pour ça que j’ai proposé à Albin Michel de faire la version scientifique, il y a vraiment des études très, très poussées sur les expériences de mort imminente, de vécu subjectif de contact avec les défunts, sur les mémoires de vies passées et les expériences de fin de vie. C’est étonnamment très étudié, notamment dans les pays anglo-saxons, à la fois les États-Unis et l’Angleterre.»

«Le public français lit très peu d’ouvrages en anglais, alors que tous ces chercheurs, ces universitaires, ces médecins, ces psychiatres qui travaillent dans ce domaine publient dans des revues scientifiques, mais en anglais. Ces articles ne sont pas traduits en français, ce qui fait qu’il y a un énorme écart de connaissances entre une grande avancée de la connaissance sur ces phénomènes un peu extraordinaires, mais fondés sur des études scientifiques, et la connaissance du public francophone.»

Christophe Fauré dit qu’il s’est «lâché» dans son livre pour faire une histoire, mais ajoute que ce qu’il raconte est fondé sur des choses très sérieusement étudiées, qui sont en train d’introduire dans la science contemporaine «presque un changement de paradigme». 

Les témoignages

Le psychiatre est d’accord qu’on ne peut pas ignorer la quantité phénoménale de témoignages sur ces sujets. 

«Comme j’ai la chance d’être médecin et que j’ai travaillé en soins palliatifs, donc forcément avec des personnes en fin de vie ou en deuil, le nombre d’histoires, d’expériences de mort imminente que j’ai entendues, le nombre d’expériences de fin de vie, de perceptions de réalité altérée que les personnes racontaient, les perceptions de proches, combien j’en ai vécu en direct avec des patients, alors que les personnes n’étaient pas du tout confuses, n’étaient pas sous médicament, n’étaient pas en train d’halluciner. Et je ne compte plus le nombre de gens en deuil qui ont des perceptions de proches décédés [en anglais, after-death communication].»

C’est pour cette raison qu’il s’est intéressé à ces sujets. 

«On sort complètement de l’anecdote, de l’histoire qu’on se raconte comme ça en chuchotant dans l’oreille, en disant, j’ai une histoire fantastique à te raconter. Non, non. On a des centaines de milliers de témoignages.» 

Il ajoute que lorsqu’on cumule toutes ces histoires, il y a une convergence de tous ces témoignages qui disent quasiment tous la même chose. 

«Il y a une continuité de la conscience après la mort physique. C’est le grand glissement de paradigme qui est en train de s’opérer.»  

  • Christophe Fauré est psychiatre et psychothérapeute.  
  • Il est auteur de nombreux ouvrages à succès sur les ruptures de vie (deuil, séparations, fin de vie, transition de milieu de vie).  
  • Mourir n’est pas te perdre est son premier roman.    
Christophe Fauré
Photo courtoisie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.