/news/society
Navigation

Le tiers des HLM de Montréal sont dans un mauvais état

Environ 400 appartements sont même inhabitables et barricadés

HLM
Photo Camille Payant Un immeuble barricadé en raison de son piteux état appartenant à l’Office municipal d’habitation de Montréal et situé dans l’arrondissement de Ville-Marie.

Coup d'oeil sur cet article

Près du deux tiers des habitations à loyer modique (HLM) de Montréal sont en mauvais état et nécessitent des rénovations importantes, une proportion qui ne cesse d’augmenter malgré l’argent investi.

• À lire aussi: Immobilier: hausse marquée des coûts de locations à Montréal

« Ça fait six ans qu’on nous parle de changer les portes et les fenêtres. L’air froid entre l’hiver, on sent le vent jusqu’au milieu du salon », raconte Robert Blais, qui habite dans un immeuble géré par l’Office municipal d’habitation de Montréal (OMHM). 

Robert Blais, président du comité de locataires des Habitations Marie-Rollet, dans l’arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie, à Montréal, devant son HLM.
Photo Camille Payant
Robert Blais, président du comité de locataires des Habitations Marie-Rollet, dans l’arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie, à Montréal, devant son HLM.

Les Habitations Marie-Rollet, où habite M. Blais, sont cotées « E » par la Société d’habitation du Québec, ce qui signifie qu’elles nécessitent des rénovations majeures.  

En tout, 63 % des logements à loyer modique de la métropole sont considérés comme en mauvais ou très mauvais état. Pour l’ensemble du Québec, on estime que la proportion s’élève à environ 35 %.

« À Montréal, les HLM sont beaucoup plus vieux, on a construit beaucoup de tours de mauvaise qualité dans les années 1970. Les infiltrations ont causé de la moisissure, et ça a été exponentiel », explique Robert Pilon, coordonnateur de la Fédération des locataires d’habitations à loyers modiques du Québec (FLHLMQ).

LOGEMENTS BARRICADÉS  

Actuellement, environ 400 logements sont en si mauvais état que personne ne peut y habiter, selon l’OMHM, la plupart se trouvant dans des tours désormais barricadées en raison de leur trop grande vétusté. 

Afin de remettre en état ces habitations, Québec et Ottawa avaient annoncé en mai 2021 une aide ponctuelle de 100 M$.

Or, pas un sou de ces fonds n’a encore été dépensé, selon la FLHLMQ. 

« Je trouve ça scandaleux en pleine crise du logement », lance M. Pilon, qui précise que les premiers appels d’offres viennent d’être lancés. 

AUGMENTATION DES PRIX  

L’an dernier, l’OMHM évaluait à 792 millions de dollars les travaux nécessaires pour remettre en état son parc immobilier. 

Or, impossible de savoir à combien s’élève désormais ce montant, qui pourrait grimper en raison de l’inflation.

« La réalisation de travaux majeurs et le développement de nouveaux logements sont rendus particulièrement difficiles, notamment en raison de la surchauffe des coûts de construction », affirmait toutefois l’OMHM dans son plan stratégique 2020-2025 publié l’an dernier. 

« Un peu comme les routes du Québec, plusieurs bâtiments nécessitent des travaux, mais nous ne pouvons pas tous les réaliser en même temps », mentionne Mathieu Vachon, porte-parole de l’Office. 

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.