/sports/others
Navigation

«Ce prix est vraiment mérité» – Laurent Dubreuil

Le patineur Kai Verbij est récompensé pour son esprit sportif

OLYMPICS-2022-SPEEDSKATING/
Photo d'archives Groupés dans la dernière paire à s’élancer à l’épreuve olympique du 1000 m, Kai Verbij et Laurent Dubreuil se livraient une chaude lutte quand le patineur néerlandais a abandonné pour éviter une collision.

Coup d'oeil sur cet article

Dans la même paire que Laurent Dubreuil à l’épreuve du 1000 m de patinage de vitesse sur longue piste des Jeux olympiques de Pékin en février dernier, le Néerlandais Kai Verbij a reçu, mardi, le prix du meilleur esprit sportif et la bourse de 50 000 $ US s’y rattachant, qu’il versera à l’UNICEF de son pays.

Surpris par la vitesse de Dubreuil dans le dernier croisement avec 250 m à franchir, Verbij s’était relevé et avait abandonné pour éviter le contact inévitable qui aurait ruiné la course du patineur lévisien. En agissant ainsi, le champion du monde en titre faisait une croix sur une possible médaille de bronze.

Au terme de sa course, Dubreuil avait salué l’esprit d’équipe de son adversaire. Quatre mois plus tard, il se réjouit que le patineur néerlandais soit honoré par le Comité international olympique (CIO) dans le cadre du prix VISA, qui récompense l’athlète ayant le mieux témoigné des valeurs olympiques de l’amitié, de l’inspiration et de l’acceptation. 

Un vote populaire a déterminé le gagnant. L’équipe ukrainienne a reçu le même prix pour les Jeux paralympiques.

« Ce prix est vraiment mérité, a souligné le champion de la Coupe du monde sur 500 m. Kai est un grand athlète et je suis fier de pouvoir dire que c’est mon ami. C’est la minorité des patineurs qui aurait agi de cette façon. C’est incroyable qu’il n’ait pas tenté de passer en ne sachant pas ce qui allait se produire. Il connaissait une très bonne course et avait une chance de remporter le bronze. »

Les chances de médaille de Dubreuil se seraient envolées en fumée si Verbij était entré en contact avec lui ou lui avait fait perdre son rythme. « Il aurait été disqualifié et j’aurais eu droit de patiner l’épreuve de nouveau, mais il aurait été impossible de bien faire après avoir franchi 800 mètres la première fois. Je n’aurais battu personne. »

Le Néerlandais ne regrette pas sa décision. « J’ai reçu des critiques de ne pas avoir continué et pris le risque d’essayer de dépasser Laurent, a souligné Verbij dans le communiqué du CIO. Laurent n’aurait pas gagné une médaille si j’avais pris cette chance. Laurent est un excellent patineur et il mérite pleinement sa médaille.

« D’un autre côté, tu te questionnes toujours si tu as pris la bonne décision, mais je suis très fier que les gens de partout dans le monde aient voté pour ce prix et reconnu ma décision. Ça me procure le sentiment que j’ai pris la bonne décision. Je pense que le milieu sportif devrait récompenser davantage l’esprit sportif que le résultat. » 

Rôles inversés

Dubreuil se souvient d’avoir vécu une situation similaire alors que les rôles étaient inversés. « Il s’agissait du 1500 m de mes premières sélections nationales en 2010, a-t-il raconté. Ce n’était pas mon épreuve et j’avais frappé mon adversaire à la hanche. J’avais entendu mon entraîneur [Gregor Jelonek] crier “vas-y” et je ne m’étais pas relevé. La foule avait réagi.

« Après la course, Gregor m’avait demandé ce que j’avais fait, de poursuivre Dubreuil. Je lui avais répondu que je l’avais écouté. Gregor avait plutôt crié “vas-y pas”et j’avais compris seulement les deux premiers mots. Au moins, mon erreur n’avait pas eu une grosse incidence. »

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.