/lifestyle/columnists
Navigation

Comment calmer ma voisine ?

Coup d'oeil sur cet article

Je loue un des deux logements du deuxième étage d’une bâtisse de six logements. Je vous écris parce que je suis inquiète pour ma voisine du dessous qui habite le rez-de-chaussée. Tout allait bien jusqu’à l’automne dernier quand elle est venue nous voir, mon conjoint et moi, pour se plaindre qu’elle n’avait pas dormi de la nuit à cause des bruits de « déménagement » de meubles que nous avions fait.

Mais il n’en était rien puisque mon mari avait travaillé cette nuit-là et que j’avais dormi seule et à poings fermés. Mais ce n’était que le début de l’histoire. Trois jours plus tard, notre voisine se fait accompagner du concierge de jour de l’immeuble pour se plaindre une nouvelle fois. Je réaffirme que nous n’avons fait aucun bruit durant la nuit puisque nous étions au lit à 10 h. De son côté, elle affirme que les bruits ont commencé vers minuit. Le concierge me demande alors si je ne serais pas somnambule. Si je l’étais, mon conjoint s’en serait rendu compte !

Mais devant le fait que la pauvre dame continue de se plaindre, mon mari a décidé de faire appel à une connaissance de son frère qui a une compagnie d’analyse sonore pour qu’il vienne installer de l’équipement pour enregistrer les bruits dans notre appartement pendant toute une nuit. Résultats : aucun bruit, à part celui du frigo, inaudible ailleurs que dans la cuisine.

Le lendemain, on est allés sonner chez la voisine pour se faire dire qu’elle n’avait pas dormi de la nuit. Tout en nous traitant de sadiques, elle nous a accusés de vouloir la forcer à déménager. Nous lui avons alors fait entendre l’enregistrement. Ça l’a laissée stupéfaite. Depuis, je trouve qu’elle fait pitié, car elle continue ses plaintes au concierge.

Je me demande si elle ne souffrirait pas d’un problème d’ordre mental. Qu’en pensez-vous ? D’autant plus que mon conjoint, dont le frère est policier, a appris par des patrouilleurs de ses amis qu’ils avaient eu affaire à des cas similaires de gens à l’imagination débordante qui accusaient des voisins de vouloir les écœurer avec des bruits imaginaires. Je suis sincèrement inquiète pour elle, mais que puis-je faire ?

Une voisine

Je ne sais quoi vous suggérer pour venir en aide à cette personne. Par ailleurs, je sais que la recherche a démontré au cours des dernières années que certaines personnes vivent beaucoup plus à fleur de peau que la majorité. Autrement dit, on a affaire à des gens hypersensibles, pour qui tout devient une agression tellement ils ressentent fortement les bruits ambiants, les paroles, la musique et les sons émanant des alentours.

« La sensibilité psychologique de certains s’accompagne souvent d’une extrême sensibilité corporelle, cutanée, auditive, visuelle et même digestive.... il est désormais admis que les gens ainsi affectés ont des perceptions plus fines que la majorité, ou qu’ils expriment de cette manière leur anxiété face à un monde de plus en plus agressif, rempli de machines, d’écrans et de robots.... Par contre, même si l’hypersensibilité peut être douloureuse et encombrante, ce n’est pas une maladie, c’est un trait de caractère. »

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.