/finance/opinion/columnists
Navigation

Pas de 500 $ pour 350 000 personnes

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Legault a pigé dans le vaste plat du crédit d’impôt anti-inflation de 500 dollars offert aux 6,4 millions de contribuables gagnant un revenu net de 100 000 dollars ou moins afin d’obtenir le remboursement de dettes fiscales et gouvernementales.  

Ainsi, en raison de leur dette envers le gouvernement, quelque 213 158 contribuables québécois n’ont donc pas eu droit au fameux crédit d’impôt remboursable de 500 dollars. Le gouvernement Legault s’est servi dudit crédit pour se rembourser.  

À ces centaines de milliers de contribuables qui n’ont pas vu la couleur du crédit d’impôt de 500 dollars, s’ajoutent 142 106 autres contribuables qui n’ont reçu pour leur part qu’une portion dudit crédit d’impôt de 500 $, le gouvernement caquiste mettant le grappin sur le reste du crédit à des fins de remboursement envers le gouvernement. 

Alors que le gouvernement Legault a poussé sa générosité jusqu’à verser 1000 $ à des couples qui gagnaient un revenu net de 200 000 dollars (soit 100 000 dollars chacun), il a joué au radin en se remboursant à même ce crédit d’impôt de 500 dollars destiné à ces 355 264 contribuables endettés.  

Pourquoi c’est odieux ? 

Je trouve cela déraisonnable d’enlever le pain de la bouche à ces contribuables, sans doute parmi les moins nantis de la société.  

Quand les gouvernements mettent en place des mesures d’aide financière pour permettre aux ménages d’éponger en partie la hausse du coût de la vie, il faudrait que tous les bénéficiaires visés puissent en profiter, même ceux qui sont aux prises avec une dette fiscale ou autre dette gouvernementale. 

Pour justifier cette mainmise sur ces 500 dollars de crédit d’impôt destinés à ces centaines de milliers de contribuables qui doivent de l’argent au gouvernement, le ministre des Finances Eric Girard s’est caché derrière la Loi sur l’administration fiscale. 

Cette loi lui permet d’utiliser le montant de ce crédit d’impôt pour payer une dette que les gens ont envers l’État. Il n’était pas question pour lui de modifier ladite loi. 

Pourtant, l’automne dernier...

L’automne dernier, lors de la mise en place du 1er crédit d’impôt remboursable pour pallier la hausse du coût de la vie, François Legault et son argentier des Finances avaient décidé de ne pas appliquer les règles d’affectation et de compensation de la Loi sur l’administration fiscale. 

C’est ainsi que les 3,3 millions de Québécois admissibles ont pu encaisser les crédits offerts à titre d’aide financière forfaitaire unique : 200 $ par adulte, plus un montant supplémentaire de 75 $ dans le cas d’une personne vivant seule. 

Tordage de bras

Maintenant que le gouvernement Legault décide de saisir les 500 $ de crédit d’impôt anti-inflation destinés à des contribuables pour se rembourser, c’est à mes yeux une opération de tordage de bras.  

Cela en fait une belle jambe aux ménages qui ont vu le gouvernement utiliser le crédit d’impôt de 500 dollars pour se rembourser au lieu de leur verser les 500 dollars afin de les aider à survivre en ces temps d’inflation.  

Quand le premier ministre François Legault et son ministre Eric Girard trouvent qu’il est justifié de verser 1000 $ de crédit anti-inflation à un ménage qui gagne 200 000 $ de revenu net, je pense qu’ils ont l’obligation morale, sociale et gouvernementale de remettre les 500 $ qu’ils ont soutirés aux 355 264 Québécois pour fins de remboursement d’une dette gouvernementale. 

Et ça presse ! 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.