/entertainment/tv
Navigation

Une saison spéciale de «Refuge animal» sur Vrai

RefugeAnimal_prod.png
Photo: © production

Coup d'oeil sur cet article

La série «Refuge animal» revient pour une saison spéciale, sa huitième, braquant cette fois ses projecteurs sur l’organisme Les Aristopattes.

Disponibles dès maintenant sur la plateforme Vrai, les huit épisodes de «Refuge animal – Mission: Aristopattes» pilotés par Stéphane Fallu permettent à ce dernier de poursuivre son travail de bénévole auprès des animaux. Si dans les sept saisons précédentes on voyait l’animateur et humoriste œuvrer auprès de différents refuges, cette fois ce sont Les Aristopattes qui l’occupe entièrement.

Seul organisme à but non lucratif au Québec se spécialisant dans la prise en charge d’animaux abandonnés qui sont malades ou blessés, Les Aristopattes n’a même pas de domicile fixe, tous ses précieux sous allant aux animaux. L’équipe s’occupe de cas pointus dont les autres organismes ou refuges sont incapables de prendre en charge, faute de moyens. Les animaux qu’ils soignent grâce aux dons du public sont placés dans des familles d’accueil, qui jouent elles aussi un rôle clé pour leur redonner une vie de qualité. Une fois les chats et les chiens remis sur patte, un processus d’adoption peut s’enclencher.

Stéphane Fallu croit que la série produite par Trio Orange est un succès jusqu’ici parce qu’il pose des questions que le commun des mortels a en tête. Dans cette saison, on le voit notamment transporter des animaux, rechercher des familles d’accueil, assister à des rendez-vous médicaux et prendre part à des activités de financement. Il a d’ailleurs organisé un spectacle-bénéfice pour l’organisme.

«J’essaie d’aider le plus que je peux, d’être un porte-parole pour eux, mais je ne suis pas un expert, je ne sais même pas s’ils me laisseraient m’occuper de lapins», a-t-il blagué en entrevue.

Dans le premier épisode visionné par l’Agence QMI, l’équipe aide notamment Bleuet, un petit Poméranien qui s’est fracturé les deux pattes avant en tombant d’un véhicule, ainsi que Lowney, un Husky à qui on a notamment retiré les deux yeux parce que son ancien propriétaire ne l’avait pas fait traiter à temps.

L’émission n’est pas scriptée. Aussi, Stéphane Fallu vit de grandes émotions et parfois il est moins expressif, de son propre aveu. «Des fois, ça peut arriver aussi que je n’ai pas d’émotion quand les autres en ont, il y a des animaux que j’aime et d’autres avec lesquels c’est plus difficile, des fois il y a des comportements qui ne sont pas les bons et je m’adapte. Ce qui est génial, c’est que j’apprends tout le temps en faisant cette émission-là et en côtoyant ces gens-là», a-t-il confié, disant adorer travailler avec le réalisateur Francis Darche et les caméramans, qui ont une approche tout en douceur avec les animaux.

«On voit la réalité, comment c’est cher. Ça va vite, l’argent, chez le vétérinaire. On rencontre aussi un éleveur responsable et on parle en général des problématiques des organismes», a indiqué Stéphane Fallu, ajoutant qu’«émotivement, la série va chercher beaucoup de choses en toi» et parfois c’est plus difficile en raison de la détresse des gens et des animaux.

Stéphane Fallu présente son spectacle «Pus d’signal» le 14 juillet au Club du Square Dix30, à Brossard, en Montérégie. Il sera aussi de galas de ComédiHa! et de Juste pour rire. «J’ai plein de projets qui s’en viennent dont je ne peux pas parler. Vous allez me voir la binette dans plein d’affaires.»

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.