/news/currentevents
Navigation

Coupable d'avoir agressé sauvagement une infirmière au Festival western de St-Tite

Patrice St-Amand
Capture d’écran d’archives Patrice St-Amand peu de temps après l’agression de l’infirmière qu’il a tabassé parce qu’elle coupait son chandail afin de l’examiner.

Coup d'oeil sur cet article

L’homme de 44 ans qui a sauvagement agressé une infirmière auxiliaire lors d’une soirée au Festival western de St-Tite il y a près de trois ans a été reconnu coupable de voies de fait causant des lésions et de menaces hier.

• À lire aussi: Dans son hôtel du secteur Parent: Sylvie Lachapelle parle de son agression

Des affirmations «farfelues» et des déclarations «incohérentes»; voilà comment le juge a qualifié la version des faits de Patrice St-Amand avant de le trouver coupable de la majorité des chefs d’accusation qui pesaient contre lui en avant-midi au palais de justice de La Tuque. 

Agressif

La soirée fatidique remonte au 15 septembre 2019, alors que le quadragénaire se trouvait sur une terrasse avec sa conjointe dans le cadre du festival qui attire en moyenne 600 000 personnes annuellement. 

Des agents de sécurité ont dû intervenir auprès de lui à un certain moment puisqu’il démontrait des signes d’agressivité envers des festivaliers. 

St-Amand s’est alors placé en position de combat, a enlevé son chandail et a fait savoir qu’il ne quitterait pas les lieux. Comme il refusait d’obtempérer, il aura fallu cinq agents et une certaine force physique afin de le maîtriser au sol en attendant les policiers. Il a ensuite prétendu perdre connaissance. 

À son arrivée à l’urgence, à l’hôpital de Shawinigan, le personnel le croyait toujours inconscient puisqu’il n’avait aucun tonus et que ses bras pendaient de chaque côté de la civière. 

Fracture du nez

Mais lorsqu’une infirmière auxiliaire a tenté de couper son chandail afin de l’examiner, il s’est soudainement «réveillé», s’est levé brusquement et a asséné un violent coup de poing à la femme. 

«Tu couperas pas mon gilet, ma tabernacle», lui a-t-il ensuite lancé, avant de proférer des menaces de mort. 

La professionnelle de la santé a subi de graves blessures; fracture du nez «du front jusqu’aux dents», traumatisme crânien, trouble de l’ouïe et entorse cervicale. 

Patrice St-Amand
Capture d’écran d’archives

Patrice St-Amand demeurera détenu et doit revenir devant le juge le 2 septembre pour les observations sur la peine. Un rapport psychologique a été demandé par la défense, qui a évoqué de possibles enjeux de santé mentale. 

En parallèle, l’accusé doit aussi subir un autre procès à l’automne pour une tentative de meurtre sur la copropriétaire de l’hôtel Central de Parent, en Haute-Mauricie, survenue en janvier 2020.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.