/news/politics
Navigation

Hébergement des jeunes: la CDPDJ démantèle des unités de débordement inadéquates en Mauricie

Coup d'oeil sur cet article

Une enquête de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (CDPDJ) a permis de constater d’importantes lacunes dans des unités de débordement de la DPJ de la Mauricie-Centre-du-Québec, ce qui a ultimement mené au démantèlement des installations.

La CDPDJ avait déclenché une enquête après s’être aperçu que ces installations étaient surpeuplées depuis deux ans.

Les jeunes n’avaient pas de véritable chambre. Ils occupaient des espaces sans mobilier adéquat et séparés seulement par des paravents et des rideaux, a constaté la Commission en se rendant sur les lieux.

Ces installations temporaires ont donc été démantelées, et l’établissement s’est engagé à ne plus les utiliser. Une aile du centre de réadaptation a été convertie afin d'accueillir deux unités de débordement dans des locaux adéquats.

Malgré tout, des «enjeux structurels» demeurent, a expliqué la Commission dans un communiqué de presse. Le CIUSS de la Mauricie-Centre-du-Québec est affecté par le manque de main-d’œuvre, et par la pénurie de familles d’accueil.

Pour le moment, il n’y aurait pas de bris de service, a souligné la CDPDJ, et les ratios jeunes/éducateurs seront respectés pour l’été grâce à l’embauche de personnel étudiant. «La Commission demeure inquiète quant à la préservation de cet équilibre à l'automne prochain», peut-on lire dans le communiqué de presse.

Le CIUSS de la Mauricie-Centre-du-Québec a entrepris des démarches pour trouver de nouvelles familles d’accueil.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.