/opinion/columnists
Navigation

La leçon de Ricky Gervais

Ricky Gervais
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Avez-vous vu SuperNature, le spécial que Ricky Gervais a enregistré pour Netflix ?

C’est l’un des spectacles les plus drôles que j’ai vus. 

L’humoriste britannique, reconnu pour son sarcasme et son humour caustique (il a mis plusieurs vedettes dans leurs petits souliers lorsqu’il animait le gala des Golden Globes), se moque de tout.

Tout le monde en prend pour son grade : les catholiques, les musulmans, les bouddhistes, les hétéros, les gais, les Blancs, les Noirs, les hommes, les femmes, les enfants, les vieux et les trans.

« Il faut être inclusif ! » nous répète-t-on du matin au soir.

Eh bien, c’est ce que fait Ricky Gervais.

Il inclut tout le monde.

Personne n’est laissé de côté.

UN SUCCÈS PLANÉTAIRE

SuperNature a battu tous les records d’audience et est devenu, la semaine dernière, le spécial le plus regardé au monde. 

Ce qui prouve que la très grande majorité des gens 1) savent faire la différence entre une blague et une attaque raciste ou homophobe, et 2) se foutent, mais alors royalement, de ce que disent et pensent les guerriers autoproclamés de la justice sociale. 

Les petits lapins hypersensibles ont beau crier haut et fort que Ricky Gervais est transphobe parce qu’il ouvre son spectacle en disant : « Vous souvenez-vous de l’époque où les femmes n’avaient pas de pénis ? » (blague qui fait crouler de rire tous les gens assis dans la salle), leur indignation hystérique passe 25 000 pieds par-dessus la tête de monsieur et madame Tout-le-Monde. 

Parce que monsieur et madame Tout-le-Monde savent fort bien que cette blague n’est justement que ça, c’est-à-dire une blague. 

Une farce.

Une joke

Un commentaire rigolo sur l’air du temps et les changements sociaux qui s’accélèrent à la vitesse Grand V. 

Pas de quoi déchirer sa chemise. Ou appeler l’ONU.

DES TIGRES DE PAPIER

Vous connaissez l’expression « Tigres de papier » ?

C’est ce que Mao disait des Américains.

« L’impérialisme américain est très puissant en apparence mais n’a rien de redoutable en réalité, c’est un tigre en papier, disait Mao lors d’un discours prononcé en juillet 1956.

« Vu de l’extérieur, c’est un tigre, mais il est fait en papier et ne peut résister ni au vent ni à la pluie. À mon avis, les États-Unis ne sont rien de plus qu’un tigre en papier. »

Eh bien, c’est la même chose pour les woke.

Oh, ils font peur, les woke, quand ils rugissent sur les médias sociaux et dans les universités.

Hou, qu’ils ont l’air méchants.

Mais ils n’ont de pouvoir que celui qu’on leur confère. 

Si nos institutions culturelles se tenaient debout devant ces petits curés d’opérette, au lieu de s’agenouiller dès qu’ils jappent, ces « gros tigres » perdraient toutes leurs griffes.

Vous savez ce que les patrons de Netflix ont répondu aux militants qui demandaient que Ricky Gervais soit banni à jamais des ondes ? 

« Vous n’aimez pas l’humour de Ricky Gervais ? Eh bien, regardez autre chose... »

Et ils ont dit la même chose à leurs employés « offensés ».

« Vous n’êtes pas d’accord que Netflix diffuse des spéciaux de Ricky Gervais ? Eh bien, allez travailler ailleurs... »

Voilà. 

C’est la seule chose à leur dire.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.