/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Le colonisé et le planqué

Coup d'oeil sur cet article

Vous avez été très nombreux à m’écrire lundi parce que vous étiez estomaqués que des employés francophones se fassent imposer de travailler en anglais... aux Francos de Montréal. 

• À lire aussi: Speak White aux Francos

Toute la classe politique s’est indignée. Mais un artiste et un organisateur culturel ont haussé les épaules quand ils ont appris la nouvelle. Circulez, y’a rien à voir ! 

À quelques jours de la Saint-Jean, avouez qu’on n’a plus les artistes qu’on avait.

Y’A RIEN LÀ !

Le 17 juin, au bulletin de nouvelles de Patrice Roy, un reporter nous a présenté les réactions politiques à cette enquête de Radio-Canada qui révélait que « des employés des Francos se plaignent de devoir utiliser l’anglais au travail ». 

Puis il nous a annoncé que le musicien Louis-Jean Cormier avait sur la question « une position assez nuancée ».

Voici ce qu’a dit Cormier : « Terrain glissant un peu. Je sais pas quoi en penser. Je pense qu’on a intérêt à préserver cette langue française là et le plus possible la mettre de l’avant. En même temps, si c’est pour améliorer ou, je sais pas moi, répondre à un besoin précis, euh, je pense que le bilinguisme a sa force de frappe ». 

Quel « terrain glissant » ? Cormier a peur que si les francophones se tiennent debout, ils finissent par obtenir... le respect ? 

Comment ça, il ne sait pas quoi penser ? Tu es face à un cas flagrant de droits des francophones bafoués et tu n’es pas capable de te forger une opinion ? Où est passé ton sens critique ?

Et c’est quoi cette timide défense de « cette langue française là », du bout des lèvres, mi-figue mi-raisin ?

Et d’où vient cette défense du bilinguisme ? Tu apprends que « certaines réunions se tenaient en anglais, même s’il n’y avait qu’un seul anglophone parmi la vingtaine de personnes autour de la table » et tout ce que tu trouves à dire, c’est que « le bilinguisme a sa force de frappe » ?

Cormier fait partie de cette mouvance d’artistes qui défendent sans hésiter les droits des minorités, mais qui mettent des bémols quand vient le temps de défendre la minorité... francophone.

FAKE NEWS

Parlant de bilinguisme, en voulez-vous une bonne ? CTV a présenté récemment un reportage sur le fait que le Québec n’émet dorénavant des certificats de mariage qu’en français. La journaliste Selena Ross a interviewé une organisatrice de mariage qui affirme que certains de ses clients sont fâchés de la situation. « Ça a à voir avec le fait que nous sommes dans une province bilingue dans un pays anglophone ». 

Ces deux affirmations sont complètement fausses ! Le Québec est une province francophone et le Canada est un pays bilingue. Mais à aucun moment la journaliste n’a corrigé cette information. 

MANQUE DE COLONNE

Si la réaction de Cormier me laisse sans mots, la réaction de Laurent Saulnier, grand manitou de la programmation des Francos, m’inspire quelques mots d’églises.

Il a raccroché le téléphone au nez du journaliste de Radio-Canada, après lui avoir dit : « Aucun commentaire ». 

Quoi ? Tu n’as aucun commentaire face à un cas flagrant de discrimination envers les francophones ? Cet ancien chroniqueur musical, qu’on a déjà connu virulent et baveux, a refusé de se mouiller ?

Saulnier quittera Spectra en septembre après 23 ans comme pilier des Francos et du Festival de jazz. 

C’est ce qu’on appelle rater sa sortie.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.