/finance/business
Navigation

Stradigi AI licencie pas moins de 50 salariés

Les millions misés par l’État et le Fonds FTQ en péril

Stradigi AI-Stradigi AI lance Kepler- une des plateformes d-inte
Photo courtoisie Le PDG de Stradigi AI, Basil Bouraropoulos, le rappeur will.i.am et Carolina Bessega, cheffe de la direction scientifique, en mai 2019, alors que l’entreprise avait le vent dans les voiles.

Coup d'oeil sur cet article

Stradigi AI, un des leaders du secteur québécois de l’intelligence artificielle (IA), se bat pour sa survie, a appris Le Journal. 

• À lire aussi: L’inflation a bondi de 7,7 % au Canada, un record depuis 1983

La jeune entreprise québécoise a licencié la quasi-totalité de ses salariés, lundi, soit 50 personnes.

Basil Bouraropoulos, PDG et cofondateur de Stradigi, a confirmé l’information hier sans vouloir en dire plus.

L’entreprise a récemment échoué à obtenir les fonds nécessaires pour poursuivre ses activités, mais tente toujours de convaincre des investisseurs d’ouvrir leurs goussets.

Plus de 13 M$ d’IQ  

En 2019, Stradigi AI avait récolté 53 millions $ auprès d’Investissement Québec et du Fonds de solidarité FTQ, qui avaient misé 13,2 millions $ chacun, ainsi que de la firme Holdun, propriété des descendants du magnat montréalais Herbert Samuel Holt, du rappeur américain will.i.am, de l’agence de publicité Cossette et de Lester Fernandes, cofondateur de Nuvei. 

«Nous allons suivre la situation de Stradigi AI de près et Investissement Québec va aider les employés qui ont été licenciés dans leur transition. Il est important de continuer de soutenir les entreprises en intelligence artificielle», a réagi Mathieu St-Amand, porte-parole du ministre de l’Économie et de l’Innovation, Pierre Fitzgibbon.

«Dans les circonstances actuelles, il n’est pas prévu de réinvestir» dans Stradigi, a-t-il ajouté. 

Déception

«Nous sommes évidemment déçus par la tournure des événements, surtout pour les personnes mises à pied», a quant à lui commenté Patrick McQuilken, porte-parole du Fonds FTQ. 

Il a toutefois assuré que l’institution gardait «confiance dans l’avenir de l’industrie montréalaise de l’intelligence artificielle».

La suspension des activités de Stradigi AI est un autre coup dur pour le secteur québécois de l’IA. À la fin de 2020, la principale rivale de Stradigi, Element AI, a été vendue à l’entreprise américaine ServiceNow pour environ 230 millions de dollars américains.

Plusieurs jeunes entreprises subissent actuellement les contrecoups de la chute des marchés, qui a été particulièrement prononcée dans le secteur technologique.

-Avec la collaboration de Nicolas Brasseur

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.