/sports/fighting
Navigation

Steven Butler célèbre la Fête nationale avec une 30e victoire

Coup d'oeil sur cet article

Steven Butler avait promis qu’il allait représenter sa province «comme il le fallait» lors du gala d’Eye of the Tiger.

Management (EOTTM) présenté la veille de la Fête nationale du Québec, et c’est exactement ce qu’il a fait.

Butler (30-3-1, 25 K.-O.) a brillé devant ses fidèles amateurs, jeudi au Cabaret du Casino de Montréal, ayant raison du Néo-Brunswickois Brandon Brewer (25-2-2, 11 K.-O.) par décision unanime. 

Il a ainsi mis la main sur la ceinture des poids moyens de la North American Boxing Federation (NABF).

«J’ai montré une forme de boxeur d’élite, a noté le gagnant après le combat. J’ai démontré zéro fatigue pendant le combat. Je pense que j’ai démontré l’expérience que j’ai acquise pendant ma carrière.»

Le troisième round en était à ses balbutiements lorsque des «Olé, Olé, Olé» ont commencé à se faire entendre, symbole de la domination du Montréalais. 

«Bang Bang» avait l’air d’un homme en mission, trois mois après sa dernière victoire, contre Hector Manuel Zepeda. Conservant son style agressif et explosif, Butler a souvent atteint son coriace adversaire au visage et n’a connu aucune baisse de régime. 

Brewer, qui n’a jamais perdu par K.-O., a toutefois démontré son inépuisable capacité à encaisser des coups, répliquant à l’occasion avec des crochets fatigués. Le natif de Fredericton a tenté de décontenancer Butler en cachant sa douleur et en le narguant à quelques reprises, mais il n’a jamais été dans le coup.

«Je pense que l’arbitre aurait pu le protéger et arrêter le combat, a enchaîné Butler. À partir du sixième [round], je voyais ses yeux virer de bord. Il est “tough” et il a du cœur, mais il va avoir mal à la tête demain.»

Cette victoire - et la ceinture de la NABF - devrait ouvrir les portes du top 15 mondial au Québécois, selon ses estimations. Par ailleurs, Eye of the Tiger Management a annoncé que ses prochains galas auront lieu les 9 et 16 septembre prochains et mettront notamment en vedette Christian Mbilli et Arslanbek Makhmudov.

Bazinyan l’emporte sans dominer

Le Montréalais Erik Bazinyan a déjà été plus convaincant, mais il est tout de même sorti victorieux de son duel face à Marcelo Esteban Coceres par décision unanime.

Bazinyan (28-0, 21 K.-O.) a défendu pour une troisième fois avec succès son titre de la North American Boxing Federation (NABF) chez les super-moyens, en plus de ravir la ceinture vacante de la North American BoxingAssociation (NABA).

«J’avais besoin d’un combat comme ça avant de me battre avec un champion du monde, s’est-il réjoui. Il m’a donné de bons coups et était très agressif. Je suis très content de cette expérience.»

Vaincre Coceres (30-4-1, 16 K.-O.) représentait le plus grand défi de la carrière du natif de l’Arménie. Dans les dernières années, l’Argentin avait offert une opposition digne de ce nom à de grandes pointures comme Billy Joe Saunders et Edgar Berlanga

.Même s’il a rarement été menacé par Coceres, Bazinyan n’a pas dicté l’allure du pugilat.

«Je ne suis pas très content de ma performance, a-t-il avoué. Mais je suis très content de l’adversité [que j'ai rencontrée].»

Coceres a d’ailleurs jailli en fin de septième round en atteignant le poulain de l’entraîneur québécois Marc Ramsay au visage deux fois. Visiblement secoué, Bazinyan s’est ressaisi pour affaiblir la garde de son rival en fin de duel et terminer le combat en beauté.

«C’était un bon “show” pour les fans, le jour de la Fête nationale du Québec. J’espère que les gens ont aimé mon style et mon combat.»

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.