/opinion/columnists
Navigation

Bravo Renaud Lavoie

brulotte
Photo d'archives Renaud Lavoie est attitré à la couverture du hockey professionnel à TVA Sports.

Coup d'oeil sur cet article

Il a gagné ses galons. Transfuge de RDS à TVA, le ton peut-être un brin cavalier au début et des propos quelquefois arrogants, Renaud Lavoie, il y a quelques années, était mal aimé.  

Sur les réseaux sociaux, il se faisait brasser sévèrement la tomate et écorcher régulièrement. Il n’a jamais lâché le morceau. Renaud, c’est Renaud avec son style, mais aussi son cœur à l’ouvrage, sa détermination et sa grande passion pour le hockey de la Ligue nationale.

Et, aujourd’hui, entre la Coupe Stanley et le repêchage, il faut rendre à César ce qui revient à César. Oui, Renaud Lavoie a gagné ses galons et il a notamment accompli un travail exceptionnel à Tampa, la semaine dernière, lorsque l’Avalanche du Colorado a gagné le gros trophée.

Seul de son équipe sur la glace, pendant plusieurs minutes, il a multiplié les entrevues en français et en anglais avec les joueurs et leurs dirigeants. Le bon ton, la bonne durée, les bonnes questions, Renaud était comme un poisson dans l’eau. C’était beau de le voir aller et c’était intéressant à suivre parce qu’à tout moment il allait chercher de l’émotion et c’est ce qui est fascinant dans un moment aussi rare, inoubliable et spécial quand on aime le hockey.

AUTRE TEMPS...

Je sais que Renaud a été blessé lorsque critiqué sévèrement, mais il n’a jamais baissé les bras en continuant ses recherches, en développant ses contacts et en intervenant avec régularité dans les différentes émissions sur le hockey à TVA.  

Bravo Renaud parce que tu as renversé la tendance et tu as bel et bien taillé ta place. Renaud Lavoie fait partie du portrait hockey et l’information additionnelle qu’il apporte ajoute à la qualité des émissions auxquelles il participe.  

Il aime les joueurs et les joueurs l’aiment. Ça se voit, ça s’entend dans la générosité des intervenants en entrevue et les téléspectateurs n’en sont que mieux servis. Bravo Renaud !

JEAN-GUY N’EST PLUS

Jean-Guy Gendron, 87 ans, a demandé l’aide à mourir, et, il y a trois jours, il est parti. Un homme merveilleux, un athlète exceptionnel qui a joué 863 matches avec les Rangers, les Bruins, le Canadien et les Flyers. Il était aussi golfeur professionnel. Jean-Guy, un bon ami d’Henri Richard, était revenu au jeu en 1972 pour donner un coup de pouce aux Nordiques à leur naissance dans l’AMH. À 40 ans, il a accroché ses patins et s’est consacré au golf.  

Un p’tit gars de l’est de Montréal disait-il et il savait bien vivre au milieu d’une foule d’amis. Salut Jean-Guy et bon voyage !   

De l’enclave 

  • Rien n’est plus difficile à regarder qu’un jeune de 18, 19 ou 20 ans dans l’amphithéâtre où se tient le repêchage, et qu’en fin de journée, il n’a toujours pas entendu son nom. Déchirant.
  • À Jonquière, Stéphane Ouellet pleure le décès de son père, le peintre Angémil, qui avait 87 ans. Un artiste qui a exposé ses œuvres dans les belles galeries du Québec avec des paysages magnifiques.
  • Vous croyez que le Grand Prix de F1 brasse des affaires à Montréal ? Cette semaine et jusqu’à dimanche prochain s’amènent les dirigeants et dépisteurs des 32 équipes de la NHL. Money is no object et attachez vos tuques.
Samuel Girard a soulevé la coupe Stanley dimanche dernier.
Photo AFP
Samuel Girard a soulevé la coupe Stanley dimanche dernier.
  • Parents et amis de Samuel Girard ont bien hâte de voir arriver la coupe Stanley à Roberval et le jeune défenseur de l’Avalanche, deux mois plus tard, semble bien guéri de cette étonnante fracture du sternum causée par une mise en échec plus que douteuse de Ivan Barbashev des Blues de St.Louis.
  • Selon la Fondation Bon départ de Canadian Tire, 45 % des enfants ne font pas de sport. C’est trop peu, mais pas trop tard.
  • L’invasion russe aurait détruit environ 40 % des patinoires en Ukraine. On veut créer un fonds pour rebâtir et plusieurs embarquent, dont l’Association des joueurs de la LNH.
  • Au cours des dernières semaines, déjà huit équipes de la LNH ont changé d’instructeurs-chefs.
  • Pêcheurs de dernière minute, il reste encore de la place dans plusieurs bonnes pourvoiries et dans de bons secteurs de la Sépaq. Ça vaut la peine de fouiller.
  • Les Alouettes ne disputeront qu’un seul match à Montréal en juillet. Ce sera le 14 contre Edmonton.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.