/news/currentevents
Navigation

Un jeune pompier volontaire appelé à combattre un feu... chez lui

L’homme a dû combattre les flammes qui ont ravagé son appartement et celui de trois autres familles

Incendie Vincent Boissonneault Palmarolle
Photo tirée de Facebook Véronique Leclerc L’incendie a débuté à la quincaillerie Timber Mart (à gauche) avant de se propager dans l’immeuble voisin, où le pompier volontaire Vincent Boissonneault vivait.

Coup d'oeil sur cet article

Un jeune pompier volontaire de la municipalité de Palmarolle, en Abitibi, a eu la surprise d’être appelé à combattre un de ses premiers feux... chez lui.

«Je ne réalisais pas sur le coup que j’allais perdre mon appartement», raconte Vincent Boissonneault. 

Vers 17 h, lundi dernier, un incendie s’est déclaré à la quincaillerie Timber Mart, bâtiment voisin de l’immeuble où M. Boissonneault résidait depuis cinq ans. 

L’homme, qui est pompier volontaire depuis un an et demi, était à l’épicerie au moment de recevoir l’appel. 

«En sortant dehors, je me suis demandé si c’était chez nous, mais je me suis dit, peu importe, si ce n’est pas chez nous, c’est à côté pareil», explique-t-il.

À son arrivée sur les lieux, le brasier était assez important, mais ne s’était pas encore propagé à son appartement. 

Sortir ses munitions

Vincent Boissonneault est alors entré dans son logement.

«J’ai eu le temps de sortir mes balles de fusil pour la chasse, je me suis dit que laisser ça dans le feu, ce n’était pas une bonne idée», explique-t-il. 

Quelques minutes plus tard, les flammes ravageaient son appartement et trois autres logements, jetant quatre familles à la rue.  

Conscient que ses émotions auraient pu le pousser à prendre des décisions dangereuses pour sauver son chez-soi, le pompier volontaire a préféré ne pas se «garrocher» dans le feu. Il a préféré aider ses collègues en changeant, par exemple, leurs bonbonnes d’oxygène. 

Même s’il a tout perdu, Vincent Boissonneault est résilient. 

«C’est sûr que ça n’a pas été la meilleure journée de ma vie, admet-il, mais j’étais content que personne n’ait été pris dans l’incendie, il n’y a pas eu de blessé, juste des pertes matérielles».

Élan de générosité

Pour le moment, le jeune homme est hébergé temporairement chez son père. 

«J’ai eu énormément de soutien de ma famille, de mes amis, tout le monde m’a offert d’aller vivre le temps que ça se place, ça a été énormément apprécié», dit-il, reconnaissant. 

Les Palmarollois ont aussi été nombreux, à la demande de la municipalité, à donner des vêtements, des meubles et des produits d’hygiène aux familles ayant tout perdu dans le brasier. 

Au total, une trentaine de pompiers de trois brigades ont été déployés durant plus de quatre heures pour éteindre cet impressionnant incendie. 

«C’était vraiment un gros feu, surtout parce qu’il y avait beaucoup de bois, de peinture et de diluant à peinture dans la quincaillerie», affirme Vincent Boissonneault.

Le pompier volontaire qui dit se concentrer sur le positif se réjouit aussi du travail des pompiers.

Ces derniers ont permis de sauver les autres bâtiments à proximité, même si son appartement n’a pu être épargné.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.