/entertainment/feq
Navigation

Festival d’été de Québec: Louis-Jean Cormier et ses «frimousses»

spec
Photo d'archives, Didier Debusschère Louis-Jean Cormier sur scène à l’Impérial Bell, en 2020.

Coup d'oeil sur cet article

Même si le Festival d’été ne donne pas carte blanche aux artistes québécois qui jouent au parc de la Francophonie, il semble que ceux-ci se soient donné le mot pour ajouter un petit extra.

• À lire aussi: Blessure au chanteur de Rage Against the Machine: le FEQ a bon espoir

• À lire aussi: FEQ: les artistes engagés doivent être honorés pour leur courage, estime Tiken Jah Fakoly

• À lire aussi: «Jagged Little Pill»: l’album qui a tout changé pour Alanis Morissette

Après Ariane Moffatt qui a formé le Super groupe de l’amitié, dimanche, c’est au tour de Louis-Jean Cormier de se pointer au parc de la Francophonie en bonne compagnie. Ils seront onze sur scène pour célébrer les chansons des albums Quand la nuit tombe et Le ciel est au plancher.

Déjà vu avec Ariane Moffat dimanche, le couple formé par François Lafontaine et Marie-Pierre Arthur participera au concert, tout comme les musiciens de tournée de Cormier, une section de cuivres et des choristes.

« Ce sont onze belles frimousses. Ce sont tous des amis, tous des gens qui jouent super bien de la musique, c’est super vivant comme spectacle », indique Louis-Jean Cormier, qui se promène au Québec cet été.

Karkwa

En plus de Lafontaine, un autre ex-Karkwa, le batteur Stéphane Bergeron, a fait un remplacement au pied levé lors d’un autre concert, il y a quelques jours. 

« Des fois, nous sommes trois Karkwa sur scène. C’est comme une grande famille avec toute la gang du Cégep Saint-Laurent », dit l’auteur-compositeur-interprète, selon qui la porte de Karkwa n’est pas complètement fermée.

« Nous avons un désir de travailler ensemble. Le projet n’est pas mort. Il y a des affaires qui se trament et c’est très excitant, mais on ne veut pas trop en parler et se mettre de pression avec ça. [...] Mais on va probablement revenir à un moment donné. »

Nostalgie

Un retour réjouirait sûrement plusieurs amateurs de ce groupe qui a fait sa marque, il y a une quinzaine d’années, dans un axe rock alternatif que peu d’artistes québécois empruntaient à l’époque.

« On reçoit beaucoup de commentaires et de demandes spéciales. Quand je chante du Karkwa dans mes shows, c’est très palpable, la nostalgie », note-t-il.

Pour que Karkwa se réunisse, encore faut-il trouver du temps. Avec la tournée, les albums qu’il réalise et la plateforme web Le 360, son agenda est plutôt chargé. « J’ai cette fâcheuse manie d’avoir de la difficulté à dire non », admet-il.

« Il y a toujours le passionné en moi et le bon vivant qui aime le monde et dit toujours oui pour se retrouver dans un show télé où tu ne chantes pas la moitié de tes tounes, mais que tu le sais que tu vas triper avec Ariane ou d’autres. »


Louis-Jean Cormier en concert au parc de la Francophonie, mercredi soir à 21 h 15.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.