/news/coronavirus
Navigation

Contaminations de masse: invitation à la prudence dans les grands événements

Contaminations de masse: invitation à la prudence dans les grands événements
Marcel Tremblay/Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Alors que le Festival d’été de Québec bat son plein et que les gros événements s’enchaînent, la COVID vient jouer les trouble-fêtes. Les infections sont en hausse et les mesures sanitaires sont minimes, voire totalement absentes dans certains cas. Comment se protéger pour limiter la propagation sans bouder son plaisir? Le Journal a posé la question à Kevin L’Espérance, épidémiologiste.

• À lire aussi : COVID-19 : la Santé publique recommande la prudence pour l’été

• À lire aussi : COVID-19 : une hausse marquée du nombre d’hospitalisations au Québec

Q: Les mesures sanitaires sont plutôt rares dans les événements, cet été. Comment se protéger?

R: La Covid-19 se transmet surtout par aérosol. Ma recommandation principale c’est, si possible, de porter le masque. C’est la meilleure mesure qu’on a à notre disposition pour se protéger individuellement et collectivement. Ça permet de réduire drastiquement la transmission et l’infection dans les foules. Il faut favoriser aussi les événements extérieurs et avoir une vaccination à jour.

Q : Est-il prématuré de tenir des événements d’envergure sans mesures sanitaires?

R : D’un point de vue épidémiologique, c’est certain que ça m’inquiète. Mais l’isolement social qui vient avec les mesures sanitaires trop restrictives, ce n’est pas bon non plus pour notre santé psychologique et physique. Il faut essayer de faire la part des choses, mais je pense que lors de grands événements de masse, comme le Festival d’été de Québec, on devrait le plus possible rester avec le groupe avec lequel on est arrivé, favoriser la distanciation et porter le masque le plus possible, surtout pour les événements intérieurs et mal ventilés. À l’extérieur, les risques de transmissions demeurent relativement faibles, mais pas à zéro.

Q : Est-ce que les contaminations de masse, comme celles constatées cet été, pourraient être bénéfiques pour l’immunité collective, dans un contexte où la population est majoritairement vaccinée?

R : La stratégie de miser sur l’immunité naturelle peut être dangereuse. Hypothétiquement parlant, si on est dans un contexte où il y a zéro mesure sanitaire et qu’on dit à tout le monde d’aller attraper la COVID, il risque d’y avoir des booms d’infection, comme en ce moment, et on va subir les contrecoups, comme les décès et les formes sévères. Il y a encore beaucoup d’incertitudes sur le virus et les répercussions à moyen et long terme. D’un autre côté, contracter la COVID-19 confère une certaine immunité. Mais l’immunité naturelle est difficile à étudier. On ne sait pas beaucoup de choses, comme le temps qu’elle dure et sa force. On sait toutefois qu’elle est plus variable que l’immunité dite artificielle [vaccin].

Q : Donc, malgré le haut taux de vaccination, l’immunité naturelle n’est pas une arme pour protéger adéquatement la population?

R: L’efficacité de la vaccination a été diminuée dans le temps, donc c’est important d’avoir les doses de mises à jour. On peut avoir l’impression que les vaccins sont inefficaces, parce qu’on a beaucoup de cas et on voit une hausse des formes sévères de la maladie. C’est normal d’observer ça. En nombre absolu, c’est directement lié à la transmission, donc plus la transmission augmente, malgré le vaccin [plus on observe] une hausse des cas sévères. Sans mesures sanitaires pour réduire la transmission, on voit ces hausses-là survenir.

Q : Peut-on espérer que ces contaminations de masse éviteront une autre vague à l’automne?

R: C’est très difficile à dire. Les deux derniers étés, la contamination était moindre, car on était plus à l’extérieur et il y avait encore des mesures en place. Là, il n’y a quasiment pas de mesures. On ne s’attendait pas à une telle vague cet été, mais c’est probablement parce qu’il n’y a pas de conditions favorables à diminuer la transmission. J’ai l’impression qu’à l’automne, il faudra rester prudent [rentrée scolaire et retour de vacances]. S’il n’y a pas de mesures, je pense que le pic va se continuer au-delà de l’été.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.