/entertainment/feq
Navigation

Rage Against the Machine au FEQ: la colère gronde toujours

La première tournée en 11 ans de Rage Against the Machine s’arrête sur les plaines d’Abraham samedi soir

Coup d'oeil sur cet article

Quand Rage Against the Machine (RATM) décide de repartir en tournée, ce n’est pas seulement pour le plaisir de replonger dans son puissant répertoire de rap rock qui a marqué les années 1990. C’est aussi parce que ces infatigables protestataires ont encore bien des raisons d’être en colère.

• À lire aussi: [EN IMAGES] Sum 41 au FEQ: plusieurs festivaliers refoulés au parc de la Francophonie

• À lire aussi: FEQ: 7 faits à savoir («you oughta know») sur Alanis Morissette

• À lire aussi: [EN IMAGES] FEQ: chassé des Plaines par la pluie, Luis Fonsi chante au Manège militaire

Dès le premier concert de la tournée Public Service Announcement, le 9 juillet, à Milwaukee, RATM, tête d’affiche du Festival d’été de Québec, samedi soir, sur les plaines d’Abraham, a ciblé ses ennemis de 2022.

Sur l’écran géant, le message «Avortons la Cour Suprême» est apparu pendant que Zack de la Rocha, Tom Morello, Tim Commerford et Brad Wilk concluaient avec férocité Freedom, une des chansons qui en ont fait les porte-étendards d’une génération en furie, il y a maintenant plus d’un quart de siècle.

De toute évidence, la colère gronde toujours.

D’abord prévue en 2020, cette réunion semblait destinée à faire contrepoids à la campagne de Donald Trump pour conserver la Maison-Blanche.

Une pandémie a bousculé les plans, et Trump a été défait, mais la décision de la Cour suprême de renverser le jugement de Roe c. Wade, permettant aux États de restreindre ou d’interdire l’accès à l’avortement, a soulevé l’ire du quatuor, toujours prêt à défendre les laissés-pour-compte de la société.

Résister doit prévaloir

Dans une entrevue qu’il avait accordée au Journal en 2016, le guitariste virtuose Tom Morello avait affirmé que même si la musique de RATM est fortement politisée, jamais il n’avait songé à mettre son nom sur un bulletin de vote.

«Tu ne peux pas être élu sans amasser de grosses sommes d’argent, et l’argent ne vient pas des sans-abri. Ce qui est bien avec un groupe de rock, c’est qu’on peut dire et faire ce qu’on veut. Aucun lobbyiste ne peut nous influencer.»

Morello avait aussi déclaré qu’il était normal que des chansons coup de poing comme Killing in the Name, People of the Sun et Guerilla Radio demeurent pertinentes malgré le passage des années.

«Comme l’injustice prévaut toujours, la résistance à l’injustice doit prévaloir. Ces chansons ont encore un écho parce que les gens sont écœurés.»

«Le James Brown du punk rock»

Même si de longues pauses espacent désormais leurs tournées (après s’être séparé en 2000, le groupe s’est reformé en 2007 avant de repartir en pause jusqu’à cette année), les membres de RATM n’ont jamais totalement perdu le contact.

Morello, Wilk et Commerford ont formé les formations Audioslave, avec feu Chris Cornell, et Prophets of Rage, avec B-Real et Chuck D, respectivement de Cypress Hill et de Public Enemy.

Ces projets se sont réalisés sans le chanteur Zack de la Rocha. Bien qu’ils n’aient pas toujours emprunté les mêmes routes, Tom Morello a avoué au magazine NME qu’il avait une admiration sans bornes pour son vieux complice.

«C’est le plus grand frontman de l’histoire. Le James Brown du punk rock.»

Malheureusement, de la Rocha risque d’être contraint, samedi soir, de modérer ses ardeurs à cause d’une blessure subie lundi dernier, à Chicago, qui l’a forcé à chanter assis au cours des dernières performances de RATM.

Après avoir attendu aussi longtemps cette première visite à Québec, les festivaliers vont l’accueillir, peu importe sa condition. La chaise de Dave Grohl est-elle encore disponible?


Rage Against the Machine, précédé des Vulgaires Machins et d'Alexisonfire, samedi soir, à 21h30, sur les plaines d’Abraham. Poussettes interdites, laissez-passer obligatoire pour tous.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.