/finance/news
Navigation

Pénurie de main-d’œuvre: le FEQ recherche des travailleurs pour démonter le site

Festival d'été de Québec
Photo d'archives, Cédric Bélanger Le 5 juillet, veille de l’ouverture du Festival d’été de Québec, des employés s’affairaient à terminer le montage de la scène principale sur les plaines d’Abraham. Des travailleurs sont recherchés pour aider au démontage dès dimanche soir.

Coup d'oeil sur cet article

Même si la pénurie de main-d’œuvre n’a pas frappé trop fort le Festival d’été, il manque toujours quelques travailleurs spécialisés pour le démontage du site dès la fin des activités, dimanche.

• À lire aussi: FEQ: toujours pas d’eau en zones d’attente

• À lire aussi: Contaminations de masse: invitation à la prudence dans les grands événements

• À lire aussi: Violent orage: la soirée latino du FEQ tombe à l’eau

Après deux ans de pandémie, le personnel était fort heureux de renouer avec l’événement et les trous à combler n’ont pas été très nombreux, mais certaines équipes vont quand même se boucler un peu à la dernière minute.

Le FEQ n’est pas encore terminé que la direction a publié une annonce hier afin d’obtenir de l’aide.

«On recherche des opérateurs de machinerie lourde pour nous aider à clore l’événement et terminer le démontage», ont précisé les organisateurs.

Les candidats doivent détenir leur carte Zoom Boom, pour manœuvrer des chariots élévateurs à mât télescopique.

Confiant de trouver les perles rares, le FEQ vit un léger stress, que connaissent la plupart des gens du domaine de l’événementiel.

À titre d’exemple, Gestev, qui est spécialisée dans l’organisation et la gestion d’événements à Québec, publie fréquemment des offres d’emploi avant certaines activités.

Quatre ou cinq personnes

Actuellement, les postes à pourvoir au FEQ se retrouvent dans la division des opérations sur le terrain.

«À l’image de tout le monde, nous avons subi un impact, mais on s’est relativement bien tiré d’affaire. Chaque fois que nous avons fait un appel à tous, les gens ont réagi beaucoup. Pour le démontage, il nous manque quatre ou cinq personnes», a affirmé Samantha McKinley, vice-présidente aux communications, marketing et affaires publiques.

Ce type d’opérateur de machinerie reste toutefois un peu plus difficile à trouver. 

«Il y en a peut-être un peu moins. C’est un corps de métier spécifique et il n’y en a pas de trop. On a activé une batterie de réseaux parallèles pour aller chercher les gens qui nous manquaient. Les ressources humaines ont fait un gros effort», souligne la porte-parole.

Un attrait pour le Festival

L’attractivité du FEQ, toujours bien vivante, a aidé à compenser la pénurie dans l’industrie.

«Des gens prennent encore des vacances pour venir collaborer au FEQ. C’est une aventure pendant une dizaine de jours. Ça joue vraiment en notre faveur», termine Mme McKinley.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.