/entertainment/feq
Navigation

FEQ: (re)découvrez Rage Against the Machine en cinq chansons engagées

Rage Against The Machine
Courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Les admirateurs du mythique groupe californien Rage Against the Machine ont des papillons dans le ventre depuis que le Festival d’été de Québec a annoncé sa venue sur les plaines d’Abraham le 16 juillet.  

• À lire aussi: FEQ: explosive Halsey sur les Plaines

• À lire aussi: Le chanteur de Rage Against the Machine se blesse sur scène

• À lire aussi: Jagged Little Pill: l’album qui a tout changé pour Alanis Morissette

La formation, qui a popularisé le rap métal engagé dans les années 1990, a marqué l’histoire de la musique avec son style unique et ses prises de position sur plusieurs enjeux sociaux. 

Redécouvrons cinq chansons qui ont marqué les «fans finis» du groupe.


 

1. Killing in the Name (1992, Rage Against the Machine) 

Killing in the Name, le premier single du premier album du groupe, a connu un immense succès. Les paroles de la chanson – laquelle est composée de huit phrases – s’inspirent de l’histoire médiatisée de Rodney King, un homme noir qui a été violemment battu par des policiers en 1992.

Rage Against The Machine
AFP

La version non censurée de la chanson, qui contient le mot «fuck» 17 fois, a été diffusée par accident par la BBC en février 1993 et a contribué à bâtir l’aura de révolutionnaire du groupe. 

2. Bullet in the Head (1992, Rage Against the Machine) 

Bullet in the Head est l'une des chansons préférées des admirateurs de Rage Against the Machine.  

Le groupe s’est inspiré de la couverture de la guerre du Golfe qui, selon ses membres, a ignoré la mort de milliers de civils, pour parler du contrôle qu’instaure le gouvernement à travers les médias.  

Rage Against The Machine
AFP

La chanson compare même les maisons des citoyens à la prison d’Alcatraz.  

La version que l’on retrouve sur l’album est la même que celle qui est sortie sur le premier démo du groupe en 1991. 

3. Bulls on Parade (1996, Evil Empire) 

La chanson Bulls on Parade, sortie en 1996, est le premier single du deuxième album du groupe. 

Le chanteur Zack de la Rocha a dit que «pendant que l’Allemagne détruisait son mur, le gouvernement américain en a construit un sur la frontière entre les États-Unis et le Mexique».

Rage Against The Machine
AFP

Il a ajouté que «la haine et l’hystérie instaurées par le gouvernement américain ont causé la mort de 1500 personnes à la frontière depuis 1986. Nous avons donc écrit la chanson en réponse à cela». 

Rage Against The Machine
AFP

Le groupe a joué la chanson pour la première fois à Sydney, en Australie. Sa sortie à l’international s’est faite lors de l’émission Saturday Night Live. L’apparition de Rage Against the Machine a fait couler beaucoup d’encre, puisque le groupe s’est fait expulser du plateau après deux chansons, pour avoir accroché le drapeau américain à l’envers. 

4. Testify (1999, Battle of Los Angeles) 

Inspiré du roman 1984 de George Orwell, Testify parle du contrôle de l’information et de l’opinion publique dans les sociétés modernes. Les paroles de Zack de la Rocha servent de mise en garde contre le pouvoir des médias de masse qui vendent une vision déformée de la réalité. 

Le groupe a même modifié le slogan du régime de Big Brother en affirmant que «celui qui contrôle le présent contrôle aussi le passé». 

La chanson a marqué le répertoire de Rage Against the Machine. Le groupe l’a utilisée pour commencer ses concerts lors de la tournée Reunion, de 2007 à 2011. 

5. Year of tha boomerang (1996, Evil Empire) 

Rage Against The Machine
AFP

Year of tha boomerang apparaît sur le deuxième album du groupe. Le titre fait référence à une citation du philosophe français Jean-Paul Sartre, qui a indiqué que c’était «le moment du boomerang», en faisant référence à la montée de la violence anticoloniale.  

Rage Against The Machine
AFP

Les paroles de Year of tha boomerang parlent de la lutte contre le racisme institutionnel, le sexisme et le colonialisme.  

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.