/news/health
Navigation

Les urgences en «situation critique» au CHU de Québec

Un peu moins de 550 travailleurs du CHU de Québec sont absents en raison de la COVID-19

Dossier spécial- CHU de Québec
Photo courtoisie Au CHU de Québec, un total de 548 travailleurs sont absents en raison de la COVID-19.

Coup d'oeil sur cet article

Vacances, pénurie de personnel, achalandage élevé et recrudescence de la COVID mettent à mal les cinq urgences du CHU de Québec qui a déclaré ce matin «une situation critique» et lancé un appel à la population d’éviter dans la mesure du possible de s’y présenter.

• À lire aussi: Situation critique: appel à éviter cinq urgences du CHU de Québec

En milieu d’après-midi 548 employés du CHU étaient absents en raison de la COVID.

Le CHU, qui regroupe cinq établissements; l’Hôtel-Dieu, le CHUL et les hôpitaux Saint-François d’Assise, du Saint Sacrement et de l’Enfant-Jésus, totalise près de 17 000 travailleurs en temps normal.

«Considérant que le bassin d’intervenants du CHU est réduit durant les vacances estivales, ce taux d’absentéisme en raison du virus est proportionnellement l’un des plus élevés que nous ayons connu», explique Michèle Schaffner-Junius, des communications du CHU.

Déjà vendredi, le CHU avait annoncé devoir couper temporairement certains soins et services aux patients.

Autre mesure, «le retour systémique des intervenants positifs après six jours, ou encore sans égard à la période d’isolement, si leur état le permet.»

Ainsi, le CHU espère «limiter l’utilisation du temps supplémentaire pour maintenir l’accès aux soins et services à la population.» Il veut aussi «éviter à tout prix d’annuler les vacances de son personnel, au front depuis deux ans et qui a besoin de repos», ajoute Mme Schaffner-Junius.

La cause

Alors qu’habituellement la période estivale en est une d’accalmie dans les hôpitaux, et que la COVID s’était aussi faite moins virulente au cours des deux derniers étés, la situation est tout autre actuellement.

«Le CHU vit depuis le printemps un achalandage exceptionnellement élevé dans ses cinq urgences», fait remarquer sa porte-parole. Une hausse qui «s’observe principalement au niveau de la clientèle ambulatoire», soit les patients qui n’ont pas occupé de civières lors de leur passage à l’hôpital.

Depuis le 1er avril, cette hausse est de 12% comparativement à la même période avant la pandémie.

«Cette hausse est notamment causée par une augmentation importante des consultations aux urgences pour des problématiques respiratoires, tant du côté adulte que pédiatrique», constate Mme Schaffner-Junius.

Et ces problèmes ne sont pas que des symptômes de grippe. «Il y en a de tout type, c’est multifactoriel, ce qui est plutôt inhabituel à cette période de l'année», note-t-elle.

Taux alarmant

Mais les impacts se font durement sentir fait-elle remarquer. «Au cours des dernières semaines, nos urgences ont affiché des taux d’occupation sur civières dépassant les 150%»,

Selon le site Indexsanté, les urgences du Québec étaient occupées à 119% en milieu d’après-midi. La situation la plus critique était dans Lanaudière avec une occupation à 171%. Le constat n’était pas rose non plus dans Chaudière-Appalaches avec un taux de 135%. L’IUCPQ était aussi débordé, hier, avec un taux de 110%.

Pour le moment, le CHU n’a pas eu à déployer de «protection ambulancière», qui ferait en sorte qu’un établissement se limiterait à accueillir les patients transportés selon la spécialité de l’endroit.

«Il est important de rappeler à la population que les services d’urgence doivent être réservés aux patients nécessitant des soins urgents», demande Mme Schaffner-Junius.

En cas de doute sur son état de santé, elle recommande d’appeler Info-Santé au 8-1-1, sa clinique, une clinique sans rendez-vous ou son pharmacien.

Les urgences du CHU* sous pression

  • 548 travailleurs absents en raison de la COVID
  • Hausse de 12% des consultations pour problèmes respiratoires
  • Taux d’occupation sur civières de 150% depuis quelques semaines
  • Le CHU demande de conserver les urgences pour les soins urgents

*5 établissements à Québec: l’Hôtel-Dieu, le CHUL, les hôpitaux Saint-François d’Assise, du Saint Sacrement et de l’Enfant-Jésus

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.