/news/politics
Navigation

Une rencontre secrète en Albanie pour Alexis Brunelle-Duceppe

Une rencontre secrète en Albanie pour Alexis Brunelle-Duceppe
Capture d'écran TVA Nouvelles

Coup d'oeil sur cet article

Le député bloquiste de Lac-St-Jean, Alexis Brunelle-Duceppe, a bien failli repartir bredouille de l'Albanie, où il était invité cette fin de semaine à participer au Sommet mondial pour un Iran libre.

• À lire aussi: Immigration: le Bloc québécois propose six mesures pour mieux aider les réfugiés

Le porte-parole en matière des Droits de la personne pour le Bloc québécois (BQ) a appris à son arrivée en Europe que des menaces d'attentat terroriste forçaient le report de l'événement.

À la grande surprise des nombreux participants venus des quatre coins de la planète pour soutenir le Conseil national de la Résistance iranienne, le rendez-vous annuel des opposants au régime en place s'est finalement déroulé dans le plus grand secret.

«Ce régime-là est un État voyou et il l'a encore prouvé en fin de semaine en essayant de faire peur avec des menaces», a affirmé M. Brunelle-Duceppe.

Ces menaces d'attentat terroriste ont été prises au sérieux par le gouvernement de l'Albanie. Il a recommandé aux organisateurs du sommet d'annuler l'événement ou de le reporter.

«Les gens de la délégation canadienne nous ont parlé d'une réunion spéciale et demandé si on souhaitait y participer, a expliqué M. Brunelle-Duceppe. J'ai évidemment accepté et c'est là qu'on s'est rendu compte que tout le monde avait eu la même information. Les autobus arrivaient de chemins différents pour assurer notre sécurité. On a compris que le sommet allait avoir lieu, mais en secret. Les organisateurs ont réussi à déjouer les autorités iraniennes. Ils ont gagné leur pari.»

La preuve qu'aucune information n'a filtrée : sur son site Internet, le Conseil national de la résistance iranienne indiquait toujours que le sommet avait été reporté.

Alexis Brunelle-Duceppe assure qu'en aucun temps il ne s'est senti en danger.

Il a même eu l'honneur d'y livrer un discours.

«C'est un moment impressionnant pour moi et je vais m'en rappeler toute ma vie, a mentionné avec fierté le député. On n'a pas le choix de les soutenir parce que leur but est noble. Ce qu'ils veulent, c'est la démocratie, l'égalité entre les hommes et les femmes et finalement, la séparation de l'État et de la religion. Il me semble que ce n'est pas trop demander.»

Le rendez-vous annuel des opposants au régime iranien s'était tenu en France en 2018. En marge de l'événement, la police belge avait déjoué un attentat qui aurait été commandé par les autorités iraniennes.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.