/news/currentevents
Navigation

Montérégie: un pilote s’écrase et périt sous les yeux de sa famille

Le septuagénaire aurait eu un malaise cardiaque, selon son fils

Pierre Blondin avion crash ultra-léger
Photo courtoisie, Eric Blondin Passionné d’aviation, Pierre Blondin est décédé dans un accident de vol à bord d’un ultraléger motorisé de type pendulaire (photo) à Saint-Paul-d’Abbotsford.

Coup d'oeil sur cet article

Un rassemblement familial a tourné au drame à Saint-Paul-d’Abbotsford, en Montérégie, mercredi lorsqu’un pilote d’aéronef ultraléger d’expérience s’est écrasé sous les yeux de ses proches, y laissant sa vie. 

«Tu es impuissant d’en bas, tu veux faire quoi, il est dans les airs et c’est lui qui a le contrôle de l’avion», témoigne le fils de la victime, Eric Blondin, qui était présent au moment du drame en compagnie d’une dizaine de proches.

La victime, Pierre Blondin, 72 ans, et son gendre ont décollé à 18 h 06 à bord d’un aéronef ultraléger (ULM) de type pendulaire, une moto du ciel en quelque sorte, pour une balade de plaisance.

«Il a décollé du champ de blé d’Inde, il a fait 500 ou 600 pieds, ça a duré à peu près 45 secondes, raconte au bout du fil M. Blondin. On a vu l’écrasement, ça a été violent.» 

Les ambulanciers ont effectué des manœuvres de réanimation sur place, mais l’homme est décédé. 

Eric Blondin croit que son père, un pompier retraité ayant œuvré durant 31 ans à Montréal-Est, aurait eu un malaise cardiaque en cours de vol. 

L’humain en cause

«Mon père était censé voir un cardiologue aujourd’hui ou demain, il a eu un malaise à 50 pieds dans les airs et l’avion s’est ramassé sans pilote puisqu’il était en train de mourir», soutient-il.

Le gendre de la victime, un jeune homme de 25 ans, s’en est sorti avec des blessures, mais non sans peur, après le premier vol de sa vie. 

Pierre Blondin avion crash ultra-léger
Photo courtoisie, Eric Blondin

Selon l’expert en aviation civile Jean Lapointe, trois éléments peuvent expliquer les accidents d’aéronef. 

«C’est soit l’être humain, soit la machine, soit les conditions météorologiques», indique-t-il.

Dans ce cas-ci, Eric Blondin est convaincu que l’appareil et la météo ne sont pas en cause. «Je venais de voler 30 minutes avant et mon père avait fait un vol avec ma sœur, tout était correct. En plus, l’accident est arrivé dans les meilleures conditions imaginables, pas de vent, pas de pluie, rien qui peut engendrer un accident», dit-il.

Pierre Blondin était aussi un pilote très expérimenté avec plus de 40 ans et 3000 heures de vol derrière lui.

«Il est mort en faisant quelque chose qu’il aimait et on va s’ouvrir une bière à sa santé», lance Eric Blondin.

Un gars aventureux

En plus de vols en ULM, Pierre Blondin était un «gars aventureux» et amateur de sensations fortes qui aimait aider les autres. 

«Il a fait de la plongée sous-marine, de l’alpinisme, du deltaplane et il a sauvé bien des vies», se souvient fièrement son fils.

Vous avez un scoop
à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.