/news/society
Navigation

Des avocats demandent des changements majeurs dans leur rémunération

Coup d'oeil sur cet article

Une grève des avocats de la défense qui pratiquent au privé entraîne le report de nombreux procès prévus en septembre partout au Québec. 

• À lire aussi: Grève des avocats de la défense sur l’aide juridique

Ces criminalistes, qui acceptent des mandats d'aide juridique, réclament une réforme complète de ce système.

Ces derniers exigent entre autres une hausse des tarifs qui leur sont accordés.

«À l'occasion, il faut déranger un peu pour se faire entendre et malheureusement on est rendu là», a indiqué Me François Dionne qui pratique à Saguenay.

Ils reçoivent actuellement entre 300 et 600 dollars par dossier, peu importe sa durée.

«Ça comprend tout, c'est-à-dire la comparution, les rencontres avec les clients et les témoins, les présences à la cour, mais ce sont des choses qui peuvent s'échelonner sur 30 mois, parfois plus», a expliqué Me Julien Boulianne.

Ces tarifs qu'ils qualifient de dérisoires décourageraient les jeunes criminalistes.

«Plusieurs avocats d'expérience vont prendre leur retraite à court terme et la relève sera très difficile à trouver», a soutenu Me Dionne.

Les sept jours de grève qui ont été votés en septembre ne seront pas sans conséquence pour le système judiciaire.

À lui seul, le criminaliste Julien Boulianne a demandé le report d'une vingtaine de dossiers ce vendredi au Palais de justice de Chicoutimi, notamment des cas de violence conjugale et d'agression sexuelle.

«Quand le ministre sera tanné de voir que des remises sont accordées en raison de son inaction, il sera peut-être enclin à faire bouger les choses», a-t-il lancé.

Le juge Pierre Lortie a accepté les requêtes, mais il a tenu à obtenir le consentement des accusés dans certains dossiers.

«Je ne suis pas surpris parce que ce n'est pas de gaieté de cœur qu'on fait ça», a assuré Me Boulianne. Nos clients aussi veulent que leur dossier avance, mais ils comprennent la situation et que c'est dans leur intérêt. Si rien ne bouge, ces gens-là vont devoir se représenter seuls et là le système va être encore plus encombré.»

Les avocats de pratique privée menacent de refuser des mandats d'aide juridique si ces moyens de pression ne réussissent pas à convaincre le gouvernement de procéder à une réforme.

Ils accepteront de franchir les lignes de piquetage pendant la grève, uniquement si un dossier concerne un accusé qui est détenu.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.