/investigations
Navigation

Cyberenquête de 40 000 $ au ministère des Finances

Coup d'oeil sur cet article

Une faille informatique a forcé le ministère des Finances à lancer une «cyberenquête» de 40 000 $ pour s’assurer que la situation est «redressée».

• À lire aussi: Les prévisions ratées du ministre Girard

Le contrat à l’entreprise Enquêtes Forensik inc. a été conclu de gré à gré le 15 juillet dernier. 

La faille a été découverte au début du mois de juillet, mais le ministère a refusé d’indiquer depuis quand elle était en place.

«La faille a rapidement été corrigée. Le ministère des Finances prend tous les moyens nécessaires pour assurer l’intégrité de ses systèmes informatiques et la confidentialité des données qu’ils contiennent», a assuré Philippe Bérubé, porte-parole pour l’organisme gouvernemental.

Pas sensible

Le ministère affirme d’ailleurs que «le système en cause ne contenait pas d’informations personnelles ou sensibles et n’était pas lié à des services directs à la population». 

Une déclaration qui a fait sourciller un expert en sécurité informatique consulté par notre Bureau d’enquête.

«Le fait d’avoir engagé des experts de ce type signifie probablement qu’ils avaient des indices que quelque chose avait été exploité», a analysé l’expert en cybersécurité, Éric Parent.

Vulnérabilités

Donner un contrat à une firme privée alors qu’aucun indice ne laisse croire à une exploitation des données serait l’équivalent de «faire un test COVID chaque fois qu’on va faire l’épicerie».

«Des vulnérabilités exploitables en informatique, tous les organismes en ont. Ça se calcule en dizaines de milliers. Il n’y a pas de panique à avoir: tu patches le bobo», a ajouté le président d’EVA Technologies.

Il juge d’ailleurs peu crédible que le ministère ait utilisé 40 000 $ de fonds publics s’il n’a pas au moins suspecté l’exploitation d’informations sensibles.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.