/news/society
Navigation

Menacée de décapitation: asile refusé malgré le danger

Une Camerounaise dit être menacée par son ex-mari et veut rester au Canada

Coup d'oeil sur cet article

Une Camerounaise qui se dit menacée de décapitation par son ex-mari, membre d’une secte de son pays d’origine, se voit refuser sa demande d’asile puisque la Commission de l’immigration juge que si ce dernier avait voulu la tuer, il l’aurait déjà fait.

Plusieurs vidéos anonymes où l’on peut voir des personnes se faire couper la tête et les parties génitales ont été envoyées à Ossomo Ngandzigui, qui vit actuellement au Canada.

Cette dernière est convaincue qu’il s’agit de menaces de mort provenant de son ex-mari polygame et du groupe sectaire dont il fait partie, le Famla, entre autres réputé pour l’égorgement de femmes.

« Il dit que si je remets les pieds au Cameroun, je vais subir le même sort [que les femmes dans la vidéo] », a-t-elle raconté avec émotion au micro de TVA Nouvelles. 

Preuves insuffisantes

Or, la Commission de l’immigration et du statut de réfugié du Canada juge que ces preuves sont insuffisantes.

« Si madame risquait d’être sacrifiée en raison de l’appartenance de monsieur au Famla, quelque chose se serait produit depuis 2011, moment où leur relation a pris fin », peut-on lire dans la décision du tribunal.

Mme Ngandzigui s’est donc vu refuser sa première demande d’asile. Une décision qu’elle a ensuite portée en appel, qui lui a été dénié dans les derniers jours.

Cette employée de Garda compte maintenant porter son dossier en appel auprès de la Cour fédérale. 

La Commission juge également que la vie de Mme Ngandzigui ne serait pas en danger si elle avait à retourner au Cameroun.

« Madame n’a pas établi qu’elle était exposée à une possibilité sérieuse de persécution [...] ni au risque d’être soumise à la torture, à une menace à sa vie ou à des traitements ou peines cruels inusités au Cameroun », est-il écrit dans une déclaration.

Pourtant, déjà en 2011, alors qu’Ossomo Ngandzigui était enceinte, son ex-mari l’avait battue au point de provoquer une fausse couche.

La secte Famla à laquelle il appartient est aussi connue pour ses activités d’une violence déconcertante et son usage du vaudou.

– Avec l’Agence QMI

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.