/news/society
Navigation

Glissement de terrain: la machinerie s’active à La Baie

Les travaux pour adoucir la pente ont débuté lundi matin

Glissement de terrain: la machinerie s’active à La Baie
Photo Roger Gagnon

Coup d'oeil sur cet article

Les évacués du glissement de terrain de La Baie peuvent enfin lancer le compte à rebours. Avec les travaux de stabilisation qui ont finalement débuté aujourd’hui, ils devraient pouvoir réintégrer leur domicile dans la dernière moitié du mois d’octobre.

• À lire aussi: Glissement de terrain à Saguenay: les travaux sont retardés en raison d’un problème d’assurance

L’entrepreneur, Excavation J. Poulin, a eu de la difficulté à obtenir une couverture d’assurance. Avec l’aide de la Division des approvisionnements de la Ville de Saguenay, le dossier a finalement été réglé la semaine dernière.

Glissement de terrain: la machinerie s’active à La Baie
Photo Roger Gagnon

Le problème n’aurait finalement pas de gros impact. «On parle d’à peine quelques jours de retard», mentionne Dominic Arseneau, du service des communications de la Ville de Saguenay.

Les premières évacuations à La Baie ont eu lieu le 26 avril. La situation s’est envenimée le 13 juin avec un glissement majeur qui a détruit une maison.

Au plus fort de la crise, 76 résidences se trouvaient à l’intérieur du périmètre de sécurité. Actuellement, 62 résidences sont toujours évacuées, ce qui touche 165 personnes.

Les étapes

La machinerie s’est affairée lundi à percer une des digues et à déplacer des blocs de béton au bas de la pente qui avaient été installés pour contenir un nouveau mouvement de sol.

«C’est pour faire un chemin d’accès qui va permettre à la pelle mécanique et aux camions de monter en haut [de la pente] quand l’excavation va commencer d’ici deux ou trois jours», explique M. Arseneau.

L’opération consiste à créer deux paliers d’un côté et trois de l’autre, pour graduellement adoucir la pente et ainsi enlever tout risque dans l'avenir.

«Une fois les paliers creusés, des tapis drainants de roches seront installés pour empêcher l’accumulation d’eau, poursuit M. Arseneau. La végétalisation fera en sorte qu’une fois la verdure revenue, on ne verra plus les paliers.»

Dangers

Aucun autre glissement n’a eu lieu depuis le 13 juin, même si les experts estimaient que la question n’était pas de savoir s’il se produirait, mais quand il se produirait.

Pour éviter que la prédiction se matérialise avec des conséquences graves, une couche de sol de 4 m de profondeur sur une longueur de 110 m sera progressivement retirée.

«Cela éliminera le risque de grand glissement de terrain qui pourrait créer une grande coulée argileuse et emporterait le quartier au complet. Il pourrait encore y avoir des mouvements de sol ensuite, mais l’énergie ne serait pas suffisante pour liquéfier l’argile sensible dans le sous-sol», avance M. Arseneau.

L’opération qui sécurisera le talus devrait être complétée «dans les premières semaines» du chantier.

La sécurité explique aussi pourquoi il n’y aura environ que cinq travailleurs en fonction en même temps. «C’est un chantier particulier qui présente des risques, alors les présences sont limitées au minimum», précise le représentant de Saguenay.

Échéance

Cela explique notamment que les travaux prendront de 10 à 12 semaines. Mais dès que des secteurs seront sécurisés, des résidents pourront récupérer certains effets personnels.

Ce ne seront pas tous les résidents qui pourront réintégrer leur demeure puisque cinq maisons seront détruites et que le sort de deux autres est toujours en suspens.

Enfin, avec 26 000 m3 de sol à déplacer, les résidents du secteur devront s’habituer à voir passer environ 50 camions par jour, «parfois un peu plus», prévient M. Arseneau.

Trop long pour des sinistrés

Ce ne sont pas tous les évacués qui se sont montrés enthousiastes à la suite des premiers coups de pelle ce matin pour stabiliser le talus à La Baie, certains regrettant que les travaux se poursuivront jusqu’en octobre.

«C’est trop long. On n’est pas très satisfaits parce qu’ils ont ajouté du temps aux travaux sans nous le dire. Lors de la réunion [du 22 juin], ils nous ont dit au maximum 10 semaines avec le temps d’attente des travaux et ils parlaient d’un six semaines de travaux», peste Stéphanie Tremblay.

Le Journal n’a pas assisté à cette réunion avec les citoyens, mais il était présent à une rencontre avec les mêmes intervenants à l’intention des médias tout juste après.

Denis Demers, de la section Mouvements de terrain du MTQ, avait alors estimé à huit semaines environ la phase des travaux «une fois que les pelles seront en haut». L’échéance est maintenant de 10 à 12 semaines, et la pelle devrait se retrouver au sommet mercredi au plus tard.

Conséquences

Et pour Mme Tremblay, qui doit accoucher de son quatrième enfant au début novembre, ce délai supplémentaire complique évidemment les choses. «On ne s’attend pas à retourner chez nous dès la fin des travaux», dit-elle.

«Je ne vous dirai pas ce que je pense parce que je suis découragé de comment ça a été géré. Ça fait un mois que ça devrait être commencé », a déploré pour sa part Gilles Fortin. 

Guy Portelance partage son opinion. «C’est beaucoup trop tard. Ça aurait dû commencer il y a un mois», a-t-il lancé.

«Pendant l’attente, on ne pouvait pas aller chez nous. On a été obligés de tout se racheter pour la cuisine. Le géologue a dit [lors de la réunion du 22 juin] qu’il n’y avait pas de danger où on demeurait. Ils ne toucheront pas à l’endroit où on est. On ne comprend pas qu’on ne soit pas chez nous. On est dans un petit logement, on ne profite pas de ce qu’on a dans notre maison. On est vraiment frustrés», lance sa conjointe Denise Lessard.

«Ils disaient qu’il n’y avait quasiment aucun risque que ça reglisse. Je ne comprends plus rien», avoue M. Portelance.

– Avec TVA Nouvelles

Les grandes dates

– 11 avril: une fissure dans le sol est rapportée à la Ville de Saguenay. La neige complique l’analyse de la situation.

– 26 avril: le MTQ recommande l’installation d’un périmètre de sécurité. Six résidences sont évacuées.

– 13 juin: un glissement de terrain emporte une maison qui avait été évacuée, 17 autres résidences sont évacuées.

– 19 juin: le MTQ élargit le périmètre de sécurité, 53 maisons doivent être évacuées d’urgence, portant le total à 76. Des digues sont construites.

– 22 juin: le MTQ et la Ville de Saguenay expliquent aux citoyens l’opération qui permettra à la majorité d’entre eux de réintégrer leur domicile. Il s’agit d’adoucir la pente. Cinq maisons devront assurément être détruites. Le sort de deux autres est toujours en suspens.

– 29 juin: fin de l’opération de relocalisation des évacués à la recherche d’un logement temporaire, plus personne n’est logé à l’hôtel.

– 30 juin: les digues sont renforcées par des blocs de béton, le périmètre de sécurité est réduit, une quinzaine de maisons peuvent être réintégrées.

– 26 juillet: Saguenay annonce venir en aide à l’entrepreneur chargé des travaux qui n’arrive pas à trouver un assureur.

– 1er août: début des travaux.

– Octobre: réintégration des résidences.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.