/news/currentevents
Navigation

Victime d'un vol d’identité, il reçoit 32 cartes de crédit à son insu

Un jeune de 22 ans se bat pour que Desjardins reconnaisse qu’on lui a usurpé son identité

GEN - DAVID LAVOIE
Photo Martin Alarie David Lavoie, 22 ans, montre les 11 cartes de crédit Visa Desjardins qu’il a reçues chez lui sans jamais en avoir fait la demande. Depuis un an, il tente de convaincre l’institution financière qu’il est victime de fraude.

Coup d'oeil sur cet article

Un jeune homme de la Rive-Sud vit un véritable calvaire depuis un an après s’être fait usurper son identité par des fraudeurs qui ont commandé 32 cartes de crédit à son insu, pour lesquelles Desjardins lui réclame des milliers de dollars. 

• À lire aussi: L’entente de règlement de 200 M$ approuvée

• À lire aussi: Les fraudeurs ratoureux

• À lire aussi: Quatre mois sans revenus après une fraude

«Le hamster n’arrête pas de tourner depuis un an, j’ai à peine dormi cette nuit», affirme David Lavoie, âgé de 22 ans 

Le résident de Saint-Amable, en Montérégie, est épuisé de recevoir sans cesse des lettres d’avocats et des avis de recouvrement le sommant de rembourser des dettes qu’il soutient ne pas avoir contractées. 

GEN - DAVID LAVOIE
Photo Martin Alarie

Il y a un an, ce couvreur de toitures a eu la bien mauvaise surprise d’apprendre que 21 demandes de cartes de crédit Visa Desjardins et de financement Accord D avaient été faites en son nom en 7 jours pour un total cumulé de 40 000 $. Dans les derniers mois, 11 cartes supplémentaires ont été émises.

  • Écoutez l’entrevue de Yasmine Abdelfadel avec Daniel Lavoie, grand-père de David Lavoie sur QUB radio :

Lors d’une demande de financement Accord D, la somme est directement versée dans le compte courant du demandeur. Chaque demande est liée à un numéro de carte de crédit.

GEN - DAVID LAVOIE
Photo Martin Alarie

«J’ai tout de suite dit à Desjardins que je n’avais pas fait des demandes comme ça», se rappelle David Lavoie. 

Or, il est déjà trop tard lorsqu’il s’en est aperçu. L’argent avait été déposé dans son compte, puis retiré en quelques jours.

 Une enquête pour fraude a été lancée lorsqu’il a communiqué avec la caisse. Dans les semaines suivantes, le jeune homme a reçu 11 cartes de crédit chez lui, qu’il n’a pas activé.

Début du cauchemar

Au terme de son enquête, l’institution financière l’a tenu responsable, puisque la personne ayant retiré ces sommes était en possession du mot de passe AccèsD, d’une carte d’accès et du NIP lié à son compte. La caisse lui réclame 15 000 $.

Seulement, David Lavoie soutient que son identité a été usurpée, ce que Desjardins ne reconnaît toujours pas même après des mois de contestation.

GEN - DAVID LAVOIE
Photo Martin Alarie

«Quand j’ai téléphoné à Desjardins pour accéder à mon compte, on m’a demandé mon numéro de cellulaire. Et là, on m’a dit “ce n’est pas le numéro que j’ai au dossier”. Donc, je ne pouvais même pas entrer dans mon compte», explique-t-il.

Le jeune homme croit que quelqu’un d’autre se fait passer pour lui et a changé son numéro de téléphone.

Un combat pour sa cote

Au-delà des sommes qu’on lui demande de rembourser, David Lavoie s’inquiète surtout de voir sa cote de crédit se détériorer alors qu’il est bombardé de lettres de recouvrement.

«Je suis rendu à l’âge de commencer à vouloir une maison, mais là, si ça ne se règle pas, c’est impossible. Même un appartement, ils demandent un dossier de crédit», souligne-t-il.

Sa qualité de vie en est déjà affectée. 

GEN - DAVID LAVOIE
Photo Martin Alarie

«Est-ce que je vais arriver chez moi et il va y avoir quelqu’un pour me saisir?» se demande-t-il.

Cette crainte est tellement prenante qu’il préfère dormir chez sa copine ou chez des amis.

Desjardins n’a pas souhaité émettre de commentaires. 

Chronologie d’une saga qui n’en finit plus 

30 AOÛT 2021

  • David Lavoie se rend à sa caisse populaire Desjardins pour faire refaire sa carte de débit égarée. La caissière lui signale que 21 demandes de financement ont été faites dans son compte et que l’argent a été retiré au courant de la semaine précédente. Il soutient ne pas être à l’origine de ces demandes. Une enquête est lancée.

16 NOVEMBRE 2021

  • Il commence à recevoir des avis de non-paiement pour les cartes Visa Desjardins qu’il dit ne pas avoir demandées. L’enquête sur la fraude est toujours en cours. Il ne s’en fait pas trop, mais demande à son grand-père de l’aider dans cette affaire.

24 NOVEMBRE 2021

  • Desjardins clôt son enquête et juge que David Lavoie est coupable par complaisance de la fraude qui s’élève à 37 000 $. La caisse propose au jeune homme de payer 15 000 $ pour fermer le dossier.

27 NOVEMBRE 2021 

  • Il formule une plainte pour vol d’identité auprès de la police de Richelieu-Saint-Laurent. Le dossier sera finalement fermé quelques mois plus tard, faute de suspect.

7 DÉCEMBRE 2021

  • Rencontre avec un avocat pour représenter David Lavoie au moment où les lettres d’avis de retard de paiement commencent à s’accumuler.

ENTRE AVRIL 2022 ET JUILLET 2022

  • Plus d’une vingtaine de lettres d’avocats et de recouvrement sont envoyées par différentes firmes à David Lavoie, le sommant de rembourser des transactions effectuées à l’aide des cartes de crédit qu’il n’a jamais vues. Au total, 32 cartes de crédit à son nom ont été émises en date d’aujourd’hui. 

Des victimes de fraude laissées à elles-mêmes 

Un expert en cyberfraude estime que les institutions bancaires doivent en faire plus pour épauler les victimes de fraude plutôt que de rejeter la faute sur ces dernières.

« Officiellement, ça devrait être à la banque de faire sa part des choses. Ce n’est pas à quelqu’un qui se fait frauder de prouver que ce n’est pas lui le fraudeur », soutient Patrick Mathieu, cofondateur du Hackfest, un groupe de pirates informatiques éthiques. 

Selon lui, il n’y a pas de structure adéquate en place pour accompagner les clients victimes de fraude et leur simplifier la vie.

Un chemin de croix

L’histoire de David Lavoie (voir texte ci-haut) témoigne bien du chemin de croix que doivent parcourir certains clients pour faire reconnaître qu’ils sont les victimes et non les auteurs d’une arnaque financière.

Le jeune homme de 22 ans est convaincu qu’une personne a changé ses renseignements personnels et croit ainsi être victime d’un vol de compte.

Le fraudeur aurait profité de son nouveau compte pour faire des demandes de cartes de crédit Visa Desjardins et de financements Accord D afin d’empocher une somme qui s’élève à près de 40 000 $.

« Si un fraudeur a changé ses renseignements, souvent les banques vont essayer de mettre la faute sur la personne parce que c’est eux qui ont, par exemple, perdu leur mot de passe. Mais la vraie faute, c’est Desjardins », juge Patrick Mathieu. 

« Ils n’ont pas mis en place un système sécuritaire et ils acceptent des mots de passe qui sont faciles », poursuit-il.

David Lavoie ne sait pas exactement comment une autre personne a pu avoir accès à son compte. 

Selon Patrick Mathieu, cette situation ressemble davantage à un vol de compte, ce qui n’aurait rien à voir avec la fuite de données de 2019 chez Desjardins.

Pas de collaboration

Depuis près d’un an, le jeune homme de Saint-Amable tente donc de convaincre l’institution financière qu’il n’est pas à l’origine des fraudes qu’on lui reproche.

« Ils nous ont dit qu’ils étaient en mesure de prouver que David a fait les transactions. On leur a donc demandé à quel guichet et à quelle heure elles avaient eu lieu. Après, j’ai fait sortir ses feuilles de temps pour montrer qu’il n’était pas là, mais ils n’ont jamais voulu nous donner l’information », explique son grand-père Daniel Lavoie, qui épaule son petit-fils dans cette affaire.

Pour Patrick Mathieu, cet exemple témoigne bien des lacunes dans les processus pour épauler les clients qui se font avoir.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.