/misc
Navigation

La persévérance de Charles Leblanc

BBA-BBN-BBO-SPO-NEW-YORK-METS-V-MIAMI-MARLINS
Photo AFP Charles Leblanc effectuant un relais au premier but lors de son premier match dans l’uniforme des Marlins de Miami samedi dernier au LoanDepot Park en Floride.

Coup d'oeil sur cet article

Juillet a été un mois de rêve pour les joueurs de baseball québécois. C’est d’ailleurs la première fois depuis 2019 qu’au moins trois produits de la Belle Province sont sélectionnés lors de la même séance de repêchage amateur. Les grands honneurs aux jeunes lanceurs, Cédric De Grandpré, Atlanta, Nathan Landry, Boston, et Jérémy Pilon, Toronto. 

En juillet également, les grandes portes du baseball majeur se sont ouvertes pour deux autres produits locaux, soit Otto Lopez avec les Blue Jays et Charles Leblanc chez les Marlins de Miami.

Charles Leblanc mérite tout notre respect. Il est l’exemple parfait de résilience. 

Avant d’endosser l’uniforme des Marlins, il a dû manger son pain noir. Le Lavallois âgé de 26 ans a surmonté plusieurs obstacles.

Persévérance

Réclamé une première fois par les Brewers de Milwaukee au 33e tour de table en 2013 puis par les Rangers du Texas à la quatrième ronde en 2016 après avoir évolué avec l’Université de Pittsburgh, Charles Leblanc n’a jamais été en mesure de se faire justice à Arlington où la direction a fermé les yeux sur ce prometteur frappeur droitier.  

Leblanc aurait pu tout simplement tout lancer en l’air et réorienter sa carrière ailleurs, car il avait 25 ans. 

Gagner n’est pas seulement savourer des victoires, mais c’est surtout être capable de relever des défis pour atteindre ses objectifs.

Cette année, avant le début de la saison, les Marlins l’ont sélectionné au repêchage des joueurs des ligues mineures.

Il a signé un contrat au niveau AAA avec l’organisation. Dans les couleurs du Jumbo Shrimp de Jacksonville, Leblanc connaissait une excellente saison. 

En 87 parties, le joueur d’intérieur avait maintenu une moyenne offensive de ,302. Il avait frappé 20 doubles, retroussé 14 balles hors des limites du terrain, produit 45 points en plus de réussir six vols de but. 

Sa tenue inspirante lui a valu le coup de fil tant attendu, soit l’appel des Marlins. Vendredi soir dernier, il foulait la pelouse du LoanDepot Park, domicile des Marlins de Miami.

À son arrivée dans le vestiaire des Marlins, le gérant Don Mattingly, qui a connu une étincelante carrière avec les Yankees de New York, l’a avisé qu’il ferait partie du taxi squad ce qui lui accorde le privilège de s’entraîner et de voyager avec l’équipe sans participer aux matchs. 

Leblanc a compris la situation. Cependant, tout a changé en l’espace de 24 heures quand Mattingly a inscrit le nom de Leblanc au sein de la formation régulière.

Samedi soir contre les Mets, il a frappé son premier coup sûr dans le baseball majeur.

Puis le lendemain, Leblanc passait par toute la gamme des émotions en claquant son premier coup de circuit en carrière sous les yeux de ses parents Evelyne Boudreau et Paul Leblanc à Miami.

Le joueur de troisième but reviendra sûrement au Québec au terme de la saison. Différents programmes dans nos écoles permettent aux élèves de rencontrer des athlètes pour qu’ils racontent leur histoire afin de les encourager à poursuivre leurs études. 

Leblanc pourrait en avoir long à dire. Il est bien placé pour expliquer aux jeunes que sa persévérance lui a permis d’atteindre le baseball majeur.

Un agent québécois

Jethro Supré, fils de parents immigrants haïtiens, était à l’emploi des Expos lorsqu’il s’est lié d’amitié avec l’ancien joueur d’arrêt-court des Expos, Orlando Cabrera. 

C’est à ce moment que sa flamme pour devenir agent de joueurs de baseball s’est allumée. Il s’est inspiré du groupe JANDEC dirigé par Pierre Lacroix, Daniel Sauvé et aujourd’hui Robert Sauvé.

Avec Charles Leblanc, ils travaillent ensemble sur le plan d’accompagnement depuis une douzaine d’années. C’est-à-dire développer les outils nécessaires tant au niveau personnel (apprentissage de l’anglais, confiance en soi, autonomie) qu’au niveau sportif (calendrier de compétition relevé, acquisition de bourse d’études).

Supré est l’agent de trois des quatre derniers Québécois qui ont évolué dans le baseball majeur, Jesen Therrien, Otto Lopez et Charles Leblanc. 

Actuellement, Jethro représente une dizaine d’athlètes professionnels, dont certains qui frappent à la porte du baseball majeur.

Il faut croire que Jethro Supré a surmonté aussi tous les obstacles grâce à sa persévérance. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.