/sports/opinion/columnists
Navigation

Brind’Amour... et les autres ?

HKN-SPO-MONTREAL-CANADIENS-V-FLORIDA-PANTHERS
Photo AFP Roberto Luongo pourrait être un candidat potentiel pour occuper le poste de président du conseil d’administration à Hockey Canada.

Coup d'oeil sur cet article

Michael Brind’Amour n’avait pas d’autres options. Il était le président du conseil d’administration, il avait à se prononcer sur les opérations quotidiennes de Hockey Canada.

Il a reconnu que l’organisme qu’il chapeautait a perdu la confiance des Canadiens. Donc, dans un tel contexte, il quitte son poste sur-le-champ.

Et les autres ?

Comment se fait-il qu’ils soient toujours en poste ?

Ne sont-ils pas les grands responsables des événements de 2018 ?

Comme je le précisais la semaine dernière, il y aura de nombreux candidats qui seront pressentis pour relancer l’organisme au cours des prochaines semaines, des prochains mois.

Quand l’ex-juge de la Cour suprême Thomas Cromwell aura donné ses recommandations, on procédera, c’est du moins le souhait de tout le monde, à une réorganisation de Hockey Canada à partir de la nomination de nouveaux dirigeants.

Ensuite, on devra présenter une nouvelle structure.

J’imagine qu’on s’est déjà penché sur des noms prestigieux pour relever un défi aussi important.

On peut présumer que certaines personnes influentes du milieu du hockey ont fait connaître leur intérêt.

Des collègues de Toronto avançaient, cette semaine, que Ken Dryden, s’il n’avait pas gagné en âge, aurait été un candidat de premier plan.

Très juste.

Toujours cette semaine, quelques intervenants du hockey m’ont demandé si Roberto Luongo répondait aux critères de sélection. Pourquoi pas ? Il a eu l’occasion de s’impliquer avec Hockey Canada au niveau du hockey international. Il est un bon leader.  

Il a connu une très belle carrière dans la LNH et son implication dans la communauté a été largement soulignée au cours des dernières années.

Faire sauter la banque

J’imagine que David Pastrnak et ses conseillers arboraient un large sourire au cours des derniers jours, surtout depuis l’annonce que Jonathan Huberdeau avait signé une entente de huit ans avec les Flames de Calgary, une entente de 84 M$.

Pastrnak est un marqueur, un joueur redoutable en supériorité numérique, un marqueur capable d’atteindre le plateau des 40 buts et plus chaque saison. L’ailier des Bruins de Boston disputera la dernière année de son entente, et, jusqu’à maintenant, les négociations entre le joueur et les dirigeants des Bruins semblent avancer à pas de tortue. Comme Huberdeau gagnera plus de 10 M$ par saison, Pastrnak, qui touchera 6 666 666 $ cette saison, convoite sûrement un contrat similaire à celui de Huberdeau. Les Bruins, au cours des dernières années, ont toujours su bien s’en tirer avec le plafond salarial, mais la situation se complique...

Dans les coulisses de la Ligue nationale, on s’interroge sur le statut du gardien Jake Oettinger. Pourquoi ? Il est joueur autonome avec restriction, il a 23 ans, mais il n’a toujours pas renouvelé son entente avec les Stars de Dallas. Pourquoi personne ne lui a-t-il fait une offre hostile ? L’an dernier, il a empoché 1,4 M$. Les Stars disposent de 11 M$ dans les coffres. On sait très bien qu’ils égaleront une offre hostile. Il semble bien qu’à travers la ligue, on s’en tienne à la bonne vieille théorie qu’on livre des batailles qu’on pense gagner, sinon on n’a pas de temps à perdre...

Sidney : 35e anniversaire

Sidney Crosby a eu 35 ans hier. Il demeure parmi les meilleurs joueurs de centre du circuit Bettman. Les Penguins amorceront la saison prochaine avec une équipe différente, particulièrement après les changements apportés à la brigade défensive. Jan Rutta et Jeff Petry vont seconder Kristopher Letang, alors que Mike Matheson et John Marino évolueront à Montréal et au New Jersey respectivement...

Que le Lightning de Tampa Bay occupe le premier rang relativement au plafond salarial, c’est toujours à prévoir pour une organisation qui connaît autant de succès. Que le Canadien occupe le 13e rang après avoir fini bon dernier au classement général, voilà une équation qui ne fonctionne pas. Mais Jeff Gorton et Kent Hughes ont tout de même accompli de l’excellent travail jusqu’à maintenant. On garde la perspective qu’il faille amenuiser la masse salariale pour combler les exigences de Cole Caufield, qui négociera un nouveau contrat après la prochaine saison...

Que fera Sakic ?

Qu’exige exactement Nazem Kadri ?

9 M$ ?

Une chose est certaine : Joe Sakic ne peut accommoder son joueur de centre.

Par conséquent, il préfère, dit-on, se concentrer sur deux dossiers. Sur celui de Paul Stastny. Et sur celui de Jonathan Toews ?

Toews, direz-vous ?

Le moment est bien choisi. Mais encore faudra-t-il que les Blackhawks montrent beaucoup de générosité sur le plan financier. Toews touchera un salaire de 10,5 M$. Sakic peut encore dépenser près de 4 M$. Pour ce qui est du dossier de Stastny, celui-ci est joueur autonome sans compensation.

L’un des deux joueurs serait un compromis pour la perte de Kadri... 

Les Islanders, par ailleurs, sont toujours dans le coup. Ils étaient sur la première ligne dans le dossier de Johnny Gaudreau, mais ils ont fait chou blanc. Lou Lamoriello bénéficie d’une enveloppe de près de 12 M$, mais attention ! Il doit offrir une nouvelle entente à Alexander Romanov, et il s’agit de la dernière saison de Mathew Barzal. 

Faut-il prêter une oreille attentive aux rumeurs voulant que les Red Wings de Detroit aient un intérêt pour le joueur de centre des Islanders ?

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.