/news/education
Navigation

Culture et citoyenneté québécoise: l’éducation numérique dès la 3e année du primaire

Un expert réclame son introduction plus tôt, dès la 1re année

Lecture école des Coeurs-Vaillants
Photo d'archives Un élève du primaire lisant un livre. Le programme Culture et citoyenneté québécoise fera une place à l’éducation numérique à compter de la 3e année.

Coup d'oeil sur cet article

Au primaire, le nouveau cours Culture et citoyenneté québécoise, qui remplacera le controversé cours Éthique et culture religieuse, fera une place à l’éducation numérique à partir de la troisième année du primaire.

• À lire aussi: Mauvaise surprise dans le bulletin

• À lire aussi: Accueil mitigé parmi les enseignants

• À lire aussi: Voici le cours de citoyenneté qui remplacera celui d'Éthique et culture religieuse

Au total, 14 thèmes sont au menu de ce nouveau cours qui sera testé dans une trentaine d’écoles primaires dès la rentrée, sous forme de projet pilote. Québec vise son implantation dans toutes les écoles québécoises à la rentrée 2023. 

Selon le programme provisoire pour le primaire disponible en ligne, la connaissance de soi et les relations entre les individus seront abordées dès le début du primaire, alors que l’identité et la transition écologique se taillent une place en cinquième et sixième année (voir encadré plus bas). 

L’éducation à la sexualité, qui était déjà enseignée dans les écoles, sera par ailleurs intégrée à ces nouveaux contenus. 

Ce cours occupera la même place dans la grille-matière que celui d’Éthique et culture religieuse, qui s’était attiré plusieurs critiques au cours des dernières années. Au secondaire, une dizaine de thèmes seront abordés, comme le rapportait Le Journal à la fin juin. 

Éducation numérique

Une des nouveautés de ce programme est de faire une place formelle à l’éducation numérique sur les bancs d’école, à partir de la troisième année du primaire. Les élèves apprendront comment faire de la recherche d’informations fiables sur Internet alors que l’année suivante, ils tenteront de comprendre le fonctionnement des médias sociaux et le type d’informations qui y circulent.  

En cinquième et en sixième année, les jeunes seront invités à réfléchir à «l’omniprésence du numérique dans le quotidien» et aux «conditions d’équilibre à maintenir pour éviter les situations de dépendance» afin de comprendre les «avantages et risques qui y sont liés». 

La «représentation de soi sur Internet» et les enjeux reliés à «la sociabilité en ligne» feront aussi partie des réflexions, tout comme les comportements dans le cyberespace, notamment la cyberintimidation et le respect. 

Stéphane Villeneuve, professeur à l’UQAM qui s’intéresse au numérique en éducation et à la cyberintimidation, considère que ces contenus qui seront bientôt enseignés dans toutes les écoles québécoises représentent une «très bonne nouvelle». 

Il se réjouit notamment que la cyberintimidation soit mentionnée de façon explicite dans le programme, puisqu’il s’agit d’une «grosse problématique chez les jeunes», dit-il. 

Dès la première année?

M. Villeneuve considère toutefois que l’éducation au numérique devrait commencer dès la première année du primaire, puisque les tablettes, téléphones cellulaires et autres écrans sont déjà bien présents dans la vie des élèves à cet âge.  

«Déjà en maternelle, les parents se battent avec leurs enfants pour contrôler la dépendance aux appareils électroniques. Les rituels de la vie et du quotidien font partie des thèmes abordés en première année, alors on pourrait penser que les habitudes entourant les appareils numériques pourraient facilement en faire partie», dit-il. 

Les enjeux entourant la publicité, qui pullule sur les sites de jeux en ligne, pourraient aussi être abordés dès le début du primaire, selon cet expert. 

Afin que ces contenus soient bien enseignés, les profs devront aussi avoir accès à une solide formation, ajoute M. Villeneuve.  

«Ce ne sont pas tous les enseignants qui ont un grand intérêt envers la technologie. Il va falloir leur donner accès à de la formation continue afin qu’ils soient à jour avec tout ce qui se passe sur Internet», souligne-t-il.  

LE PROGRAMME CULTURE ET CITOYENNETÉ

 

* Des contenus en éducation à la sexualité doivent être intégrés dans ces thèmes.

Source : ministère de l’Éducation

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.