/finance/business
Navigation

Port de Montréal: le Canadien National déplace ses conteneurs à Valleyfield

Port de Montréal: le Canadien National déplace ses conteneurs à Valleyfield
Courtoisie CN

Coup d'oeil sur cet article

 Les graves problèmes de congestion du Port de Montréal forcent le Canadien National (CN) à déplacer des conteneurs vers ses installations de Salaberry-de-Valleyfield, en Montérégie.

• À lire aussi: L'abandon de milliers de conteneurs provoque une congestion au port de Montréal

Dans une note à ses clients, obtenue par Le Journal, le transporteur affirme devoir agir ainsi dans un effort visant à désengorger le Port et à «maintenir le mouvement de la chaîne d’approvisionnement des biens de consommation».

Le Journal rapportait hier que le Port de Montréal, considéré comme le plus important de l’est du Canada, était aux prises avec un sérieux problème d’abandon de conteneurs par leurs clients. 

Peu intéressées par leur marchandise – arrivée en retard – ou ne disposant pas de l’espace d’entreposage nécessaire, plusieurs entreprises repoussent maintenant la prise de possession de leurs marchandises, entraînant un niveau inédit de congestion au Port.

Des frais de 300 $ par jour

Situé à une centaine de kilomètres des quais de déchargement du Port, près de la frontière ontarienne, le terminal du CN – autrefois propriété de l’américaine CSX – dispose d’une superficie de 3,8 millions de pieds carrés. Ce «parc de conteneurs de relève» impose des frais de navette et de guérite de 550 $ par conteneur, en sus des frais d’entreposage de 300 $ par jour et par conteneur.

L’Administration portuaire de Montréal (APM) souhaiterait que d’autres entreprises prennent exemple sur le CN pour la libérer des conteneurs, vides ou pleins, qui compromettent ses activités normales. 

Des pistes de solution

En entrevue, Daniel Dagenais, vice-président aux performances portuaires de l’APM, cite aussi l’exemple de la Société des alcools du Québec, qui n’a pas hésité à louer des espaces supplémentaires pour entreposer ses surplus de marchandises.

À un jet de pierre, sur Notre-Dame Est, Ray-Mont Logistiques dispose aussi de 2,5 millions de pieds2 de terrains vacants qui pourraient rapidement soulager le Port des milliers de conteneurs qui le paralysent. 

La direction du Port et celle de CargoM le savent trop bien. «Ce terrain [dont le développement est paralysé depuis cinq ans] serait parfait, reconnaît le PDG de la grappe de l’industrie logistique, Mathieu Charbonneau. Il suffirait, pour ce faire, qu’on le lui permette.»

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.