/opinion/blogs/mechantsraisins
Navigation

Les vies du seyval

bloc vin blanc
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Le seyval est l’un des piliers du vignoble québécois. Mais il avait déjà fait du chemin avant de traverser l’Atlantique et de gagner le cœur des vignerons – et des amateurs de vin – d’ici.

Le seyval a été développé à la fin du 19e siècle en Isère, dans le sud-est de la France. Apprécié pour sa vigueur et sa propension à mûrir tôt, cet hybride a joui d’une certaine popularité en France, où il couvrait plus de 1300 hectares en 1958. On n’en compte aujourd’hui guère plus d’une centaine. Heureusement, avant de tomber en désuétude chez lui, il était parti à la conquête du monde ; d’abord en Angleterre, aux États-Unis et enfin, ici.

Charles-Henri de Coussergues se souvient de son premier contact avec le seyval : « J’étais dans le vignoble de la Faculté d’œnologie de Montpellier avec le professeur Galet et Hervé Durand [qui deviendra son partenaire à l’Orpailleur] ; on était à la mi-août et on a goûté les raisins... parfaitement mûrs et sans aucun goût foxé. » Il n’en fallait pas plus. Quand ce natif de Nîmes a quitté la Méditerranée pour planter de la vigne dans le piémont des Appalaches, en 1982, il était certain que le seyval ferait partie de l’aventure. Quarante ans plus tard, il couvre encore près du tiers de son vignoble de Dunham.

Le succès que le seyval a connu à l’Orpailleur l’a vu essaimer vers les villages voisins, notamment à Saint-Armand, au Clos de l’Orme Blanc, et à Farnham, au célèbre vignoble Les Pervenches. Depuis qu’ils ont acquis la propriété du chemin Boulais, il y a une vingtaine d’années, Véronique Hupin et Mike Marler ont remplacé les cépages hybrides par des vinifera. Tous, sauf le seyval, dont ils aimaient bien le goût. « Au départ, on avait choisi de l’assembler à du chardonnay, croyant que la notoriété du chardo serait un atout commercial, mais le seyval est aussi tout à fait complet en soi. » Une gorgée de leur Seyval Macpel 2021 (macération pelliculaire) suffit pour s’en convaincre : léger en alcool (11 %), mais très haut en saveurs !

Curieux ? En voici cinq pour assouvir votre soif de découverte. Santé !

Vignoble du Marathonien, Seyval blanc 2021, IGP Vin du Québec

★★★ | $1⁄2 | 15,80 $ | Canada 11,5 % | 1,7 g/L

bloc vin blanc
Photo courtoisie

Code SAQ : 11398325

Ce domaine d’Havelock, en Montérégie, a bâti sa réputation avec de somptueux vins liquoreux de vidal, mais Line et Jean Joly élaborent aussi un très bon seyval frais et sec, qu’on dégustera à l’apéro pour ses notes citronnées et son profil désaltérant. Un bel accord avec des fleurs de courgette farcies. 

L’Orpailleur, Brut, IGP Vin du Québec

★★★★ | $$$ | 30,50 $ | Canada 12 % | 5,4 g/L

bloc vin blanc
Photo courtoisie

Code SAQ : 12685625

Ce classique de longue date (1991), autrefois composé à 100 % de seyval, est maintenant assemblé à du vidal, « qui apporte du gras en fin de bouche ». Un élevage de 18 mois sur lattes donne à la bulle le temps de s’affiner et aux levures de développer de jolies nuances briochées, qui se fondent aux notes florales et tropicales. Impeccable, comme toujours.

Les Vignes de Bacchantes, B1 2021, IGP Vin du Québec

★★★ | $1⁄2 | 17,15 $ | Canada 11,5 % | <1,2 g/L

bloc vin blanc
Photo courtoisie

Code SAQ : 14722039

Le B1, le blanc classique des Bacchantes, est mieux réussi que jamais. On a vraiment tiré le meilleur du seyval (et du vidal) et produit un blanc sec d’une grande pureté, avec juste ce qu’il faut de volume en bouche, mais surtout une trame minérale bien affirmée et une amertume fine qui ajoutent à sa complexité. Assez frais pour l’apéro et bien assez sérieux pour être servi à table.

Les Pervenches, Seyval-Chardo 2021

★★★★ | $$1⁄2 | 28,15 $ | Canada 11 % | <4 g/L

bloc vin blanc
Photo courtoisie


Cavistes

Vignes de seyval et de chardonnay de 25 ans, cultivées en bio. Les peaux de seyval ont été laissées à macérer de 4 à 8 jours avec le moût en 2021. Le résultat, quoique déroutant, est excellent. La macération rehausse les notes tropicales et la structure du seyval ; le chardonnay joue un rôle de soutien et apporte du volume en milieu de bouche. Disponible chez quelques cavistes et en restauration. 

Clos de l’Orme Blanc, Seyval 2021, Identité

★★★★ | $$ 1⁄2 | 28,00 $ | Canada 12,6 % | 5 g/L

bloc vin blanc
Photo courtoisie


Cavistes

Lucie Debien et Rino Dumont sont installés sur le chemin Dutch, à Saint-Armand, depuis une dizaine d’années. Leurs vignes de seyval ont 25 ans. Déjà savoureux dans le passé, leur Identité atteint un nouveau sommet en 2021. Aussi complexe au nez qu’en bouche, avec une finale minérale, poivrée et citronnée qui évoque un grüner veltliner du Kamptal, et une texture à la fois aérienne et rassasiante.


Correct ★

Bon★★

Très bon★★★

Excellent★★★★

Exceptionnel★★★★★

Plus d’étoiles que de dollars : vaut largement son prix

Autant d’étoiles que de dollars : vaut son prix

Moins d’étoiles que de dollars : le vin est cher

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.