/news/currentevents
Navigation

Saint-Jean-sur-Richelieu: incendie chez un leader du crime organisé

Des coups de feu avaient été tirés près de chez lui au mois de mai

FD-INCENDIE-WOOLLEY
Photos tirée d'Instagram et Agence QMI, Maxime Deland Un incendie s’est déclenché dans le garage de la somptueuse maison du caïd Gregory Woolley et de sa fiancée, Christelle Huot (en mortaise), à Saint-Jean-sur-Richelieu, dans la nuit de vendredi à samedi.

Coup d'oeil sur cet article

Un incendie s’est déclaré dans le garage de la résidence d’un influent leader du crime organisé quelques mois après des incidents par armes à feu survenus près de son domicile à Saint-Jean-sur-Richelieu. 

• À lire aussi: Dans la mire du fisc, une ex-candidate de Loft Story pourrait perdre sa maison

• À lire aussi: Le caïd Gregory Woolley doit être sur ses gardes

• À lire aussi: Le «parrain» des gangs en eaux troubles

Les pompiers de cette ville de la Montérégie ont été appelés à se rendre sur la rue des Trembles vers 1 h 50 dans la nuit de vendredi à samedi, après qu’un feu eut éclaté au domicile de l’influent gangster Gregory Woolley.

Ce dernier est bien connu pour ses liens avec le crime organisé, autant auprès de la mafia montréalaise que des Hells Angels et des gangs de rue. 

D’après nos constatations, les dommages se sont limités au garage de la luxueuse baraque de Woolley et de sa conjointe, Christelle Huot, une ancienne participante de la téléréalité Loft Story.

La moto Harley-Davidson que le caïd avait utilisée lors d’une sortie avec les Hells en mai était visible à droite du garage.

Un technicien en scène d’incendie de la Sûreté du Québec (SQ) a été demandé en assistance par les pompiers pour déterminer la cause du brasier, selon nos informations.

On ne sait pas encore ce qui a causé l’incendie ni s’il s’agissait d’un acte criminel ou pas. Le Service de police de Saint-Jean-sur-Richelieu ainsi que le Service incendie de la Ville n’ont pas retourné nos appels et courriels samedi. 

Des balles chez un voisin 

Seulement quelques mois auparavant, au début de mai, une maison voisine du couple Woolley-Huot avait été prise pour cible par erreur. Un impact de balle sur la devanture et des douilles au sol avaient été trouvés après des détonations.  

Quelques semaines plus tard, de nouvelles douilles ont été découvertes par un résident du secteur à proximité de la propriété du caïd. 

Selon nos sources, tout portait alors à croire que Woolley était visé lors des deux incidents et qu’on tentait de lui passer un message. 

Dans la mire du fisc

Celui que les policiers considèrent comme « le parrain » des gangs de rue montréalais a été libéré après cinq ans derrière les barreaux. Lors de sa pleine libération en automne dernier, il s’est réinstallé dans la maison au nom de sa femme et qui a été mise en vente pour 3,8 millions $. 

– Avec Maxime Deland, Agence QMI, et Frédérique Giguère


♦ Le Journal rapportait d’ailleurs, en juillet, que sa conjointe se trouvait dans la mire du fisc et qu’une hypothèque légale de près de 80 000 $ venait d’être enregistrée sur la résidence.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.