/opinion/columnists
Navigation

Le fanatisme des uns, la retenue des autres

FILES-FRANCE-MEDIA-TELEVISION-RUSHDIE
Photo AFP L’écrivain Salman Rushdie

Coup d'oeil sur cet article

L’écrivain Salman Rushdie vient d’échapper à un attentat.

En 1989, le régime iranien avait prononcé une fatwa à son endroit, toujours en vigueur, enjoignant à tout « bon musulman » de faire « son devoir » en cherchant à le tuer.

Symbole

Le double « crime » de Rushdie selon Téhéran ? 

Avoir laissé entendre, dans un roman de 1988, que le prophète Mahomet n’était pas parfait et que sa parole (le Coran) ne l’était donc pas non plus.

Avoir dit qu’il était devenu athée, ce qui le rendait coupable d’« apostasie », donc d’avoir renié sa foi.

Plusieurs traducteurs de ses livres ont aussi été attaqués.

Hier, le régime iranien a nié toute responsabilité dans cet attentat.

Mais la façon dont le porte-parole officiel du régime s’est expliqué était un bijou d’absurdité et de malhonnêteté.

Nasser Kanani a déclaré : « Dans cette attaque, seuls Salman Rushdie et ses partisans mériteraient d’être blâmés et même condamnés ».

Il précise : « En insultant les choses sacrées de l’islam et en franchissant les lignes rouges de plus d’un milliard et demi de musulmans et de tous les adeptes des religions divines, Salman Rushdie s’est exposé à la colère et à la rage des gens ».

Bref, il dit : nous l’avons condamné à mort sans procès et sans même qu’il soit citoyen iranien, et nous avons appelé nos fidèles, où qu’ils soient, à tenter de l’assassiner, mais maintenant que l’un d’entre eux y est presque parvenu, ce n’est pas notre faute, mais la faute de la victime.

En Iran, régime totalitaire où le pouvoir politique et le pouvoir religieux ne font qu’un, seuls les journaux pro-régime sont autorisés.

Le journal Kayhan a salué « cet homme courageux et conscient de son devoir qui a attaqué l’apostat et le vicieux Salman Rushdie ».

Le journal Javan y voit un complot des États-Unis qui « veulent probablement propager l’islamophobie dans le monde ».

Ça donne une idée du régime.

Or, depuis 1979, date de la prise du pouvoir en Iran par le clergé islamique, le voile pour cacher les cheveux est imposé aux femmes iraniennes.

Elles vont en prison si elles le refusent, le régime disant y voir une composante obligatoire, essentielle de la « modestie » dont la femme doit faire preuve.

Autrement dit, pour ce régime, toute « bonne musulmane », où qu’elle soit, doit le porter.

Jugement

Chez nous, nombre de femmes voilées disent le porter par libre choix. 

Je tends à les croire bien que la ligne puisse être mince, dans certains cas, entre le libre choix et les subtiles pressions du mari ou du milieu.

Il est vrai aussi que chaque femme est libre d’invoquer les raisons qu’elle veut pour le porter.

Il est donc impensable dans des sociétés comme les nôtres de l’interdire mur à mur.

Quand on sait cependant la signification que donne au voile un régime qui appelle au meurtre, serait-ce trop demander à des entreprises et à des institutions d’au moins cesser de s’en servir à des fins publicitaires ?

Apparemment, oui. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.