/opinion/columnists
Navigation

Éric Duhaime: le provocateur

Portrait des chefs à la veille de la campagne : Éric Duhaime

Éric Duhaime
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Éric Duhaime n’a jamais eu peur de secouer l’ordre établi. Son parcours l’a amené du PQ au Bloc Québécois, puis à l’Alliance canadienne, à l’ADQ et à la radio. Le parcours peut sembler sinueux, mais dans chaque famille politique, il a maintenu une constance : des propositions plus libertariennes, plus à droite au niveau économique, et beaucoup d’audace.

Il a toujours été reconnu comme quelqu’un qui pond les idées à la douzaine. Une pluie de bonnes idées, mais de temps en temps une de trop qui fait débarquer la chaîne des engrenages.

Esprit vif

Il est hautement cultivé, connaît bien la politique locale comme internationale, et il est supérieurement intelligent. Très allumé, il n’échappe rien, voit tout ce qui se passe et essaye de voir trois coups d’avance.

Éric Duhaime est un provocateur, pour le meilleur et pour le pire. Il aime piquer la curiosité des autres, il adore soulever un débat sensible en arrivant avec une position controversée. Il n’a pas peur d’oser poser des questions qui sortent de l’ordre établi. Il y a beaucoup de bon là-dedans : les sociétés ont grand besoin de se faire brasser. Le Québec en particulier est assis sur des supposés consensus sociaux qui maintiennent en place des systèmes déficients.

Par contre le chef conservateur peut exagérer s’il ne se discipline pas. Provoquer pour provoquer, dire le contraire des autres pour être remarqué, cela peut permettre une longue carrière en radio. Mais en politique, il y a un risque de devenir le maringouin du matin dans la chambre à coucher.

Une réussite

Il faut souligner l’exploit de Duhaime. En un rien de temps, il a transformé un parti qui n’existait que sur papier en une véritable force politique. Il s’est rendu incontournable pour les débats, où il pourra croiser le fer directement avec les autres chefs. Le Parti conservateur du Québec entre dans la campagne avec une base importante d’appui populaire, des coffres bien remplis et un militantisme motivé. C’est un tour de force.

Moi qui crois qu’un parti conservateur peut être utile au Québec, je demeure avec une question fondamentale. Éric Duhaime a-t-il corrompu les opportunités réelles d’un parti conservateur en créant plutôt un mouvement complotiste ? On a l’impression qu’il a profité de la pandémie au maximum pour rallier les anti-vaccins, les anti-mesures en leur disant ce qu’ils voulaient entendre.

Quoi qu’on pense de la gestion de la pandémie, il y a un risque, voire presque une aberration, à fonder un mouvement politique sur la base d’une maladie qui a fait des milliers de morts. Éric Duhaime croit au vaccin, il comprend ce qu’est une maladie contagieuse et il n’adhère pas aux complots farfelus impliquant Bill Gates et la 5G. Mais il sait sur quels boutons appuyer pour que les adeptes de ces théories envoient leur don.

Quoi qu’il en soit, il est prêt pour cette campagne, il est porteur de thèmes politiques que tous les autres partis ont laissés de côté, ne le sous-estimez pas.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.